L’uniforme du haut fonctionnaire nazi Hermann Goering a été mis en vente pour environ 126 000 dollars, ou 85 000 livres sterling, dans un magasin d’antiquités au Royaume-Uni.

Les experts se sont aidés des taches de l’uniforme pour déterminer qu’il a été porté par le commandant nazi de l’armée de l’air Hermann Goering, également fondateur de la Gestapo, la police secrète de l’Etat.

John Cabello, propriétaire de Devon-Parade Antiques à Plymouth, Devon, et vendeur de l’uniforme, a affirmé l’avoir acheté à une vente aux enchères d’un musée privé suisse, pensant que c’était une réplique.

Mais l’usure de l’uniforme gris clair l’a incité à procéder à un examen d’expert.

« Goering était en extrême surpoids et avait tendance à transpirer beaucoup, ce qui pourrait expliquer la profusion de sueur sur la chemise. Les plis de la chemise montrent qu’elle était portée par une personne en surpoids. Ils prouvent aussi qu’elle a été portée pendant une très longue période par quelqu’un qui était assez gras pour la déformer », a déclaré Cabello au Daily Mail.

« Il avait aussi l’habitude quand il parlait aux gens de mettre sa main gauche dans sa poche gauche. C’est pourquoi l’usure de la poche gauche est sensiblement plus visible que celle de droite », a-t-il ajouté.

Cabello a déclaré que le matériau de l’uniforme était de moins bonne qualité qu’habituellement pour les vêtements nazis, mais que cela s’expliquait par son port aux stades avancés de la guerre.

« Alors que la guerre progressait, il devenait de plus en plus difficile d’obtenir des matériaux et la qualité baissait partout », a expliqué Cabello.

« Goering s’efforçait aussi d’apparaître moins majestueux au cours de la dernière partie de la guerre. Car dans ses rencontres avec les gens, s’il apparaissait vivre dans l’opulence alors que les autres étaient pauvres, cela n’aurait pas fait bonne figure ».

Après la Seconde Guerre mondiale, Goering a été reconnu coupable de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre au procès de Nuremberg. Il s’est suicidé en s’injectant du cyanure la veille de la date de sa pendaison pour ses crimes.