L’Union sioniste a lancé lundi une campagne de dernière minute contre Yesh Atid, un partenaire de coalition probable pour le parti de centre-gauche.
Sous le slogan « A l’attention des fans de Lapid et des [électeurs] indécis : il n’y aura pas de révolution si Herzog ne gagne pas », le parti affirme que Lapid serait gagnant si l’Union sioniste devenait le plus grand parti à la Knesset – un argument que l’ancien ministre des Finances qualifie « d’infondé ».

« Nous nous attendons à une certaine remontée du Likud, au détriment de [Naftali] Bennett et de [Moshe] Kahlon », a déclaré lundi le dirigeant de l’Union sioniste, Isaac Herzog, selon le site d’information Ynet, faisant référence respectivement aux dirigeants des partis HaBayit HaYehudi et Koulanou. « Par conséquent, il est clair que nous devons renforcer [notre parti] plutôt que Yesh Atid. »

Herzog n’a pas exclu la formation d’une coalition avec Lapid, mais a maintenu que « toute personne qui vote Yesh Atid renforce Bibi [Netanyahou] ».

« Celui qui veut Yesh Atid au gouvernement doit voter pour nous. Il n’y a pas d’autre choix. »

Lapid a réagi lundi après-midi à cette campagne en exhortant les électeurs à décider en fonction de leurs valeurs, plutôt que selon les « calculs de la coalition ».

« Le président lui-même l’a dit : le parti qui formera le gouvernement est celui qui peut former une coalition. L’affirmation selon laquelle ils [l’Union sioniste] ont besoin de grandir est infondée », a affirmé Lapid à Ynet.

Le chef de Yesh Atid s’est dit « préoccupé » que le Likoud et l’Union sioniste concluent un accord avec les partis ultra-orthodoxes.

« Cela m’inquiète que Netanyahu et Herzog soient prêts à le dilapider de l’argent dans toutes sortes d’arrangements avec les ultra-orthodoxes, d’annuler [le projet de loi] l’égalité devant la conscription, et de rétablir le financement des yeshivot, a-t-il déclaré. Si Yesh Atid n’est pas [un] grand [parti], les fonds publics iront dans les mauvais endroits. »