Suite aux attentats qui ont endeuillé la France début janvier, Sofiane Zitouni, professeur de philosophie au lycée privé musulman Averroès, a publié une tribune dans Libération intitulé « Aujourd’hui, le prophète est aussi Charlie. »

Il y déclare notamment que « le prophète de l’islam, Mohamed, pleure avec nous toutes les victimes innocentes de la barbarie et de l’ignorance et demande à Allah le pardon pour les nombreuses brebis égarées se réclamant de sa religion alors qu’elles n’ont toujours pas compris l’essentiel de son message. »

Face à la polémique suscité par l’article, notamment au sein de l’établissement scolaire dans lequel il est employé, ce dernier prend la décision de démissionner.

Il s’en explique alors dans une seconde tribune le 6 février
dernier : « Pourquoi j’ai démissionné du lycée Averroès ».

L’établissement scolaire compte 600 élèves et est situé dans un quartier défavorisé du sud de Lille.

Sofiane Zitouni y dénonce un environnement antisémite « en plus de 20 ans de carrière en milieu scolaire (…) j’ai jamais entendu autant de propos antisémites de la bouche d’élèves dans un lycée. »

Interviewé sur Europe 1 par Thomas Sotto, le professeur de philosophie reprend certaines remarques qui surgissent parfois dans ses cours :  » la race juive est maudite par allah », « ce sont les juifs qui possèdent l’ensemble des médias ».

Il dénonce également les propos d’un enseignant se déclarant proche du Hamas ou la venue d’un imam portant une écharpe aux couleurs de la Palestine lors de la prière hebdomadaire dans l’établissement scolaire.

Zitouni s’étonne aussi que le Qatar finance l’établissement.

Il accuse également la direction de mener « un double jeu ».

« D’un côté, montrer patte blanche dans les médias pour bénéficier d’une bonne image dans l’opinion publique et ainsi continuer à profiter des gros avantages de son contrat avec l’État, et d’un autre côté, diffuser de manière sournoise et pernicieuse une conception de l’islam qui n’est autre que l’islamisme (…) »

Face à ses allégations, la direction du lycée a décidé de porter plainte pour diffamation.

Le directeur de l’établissement, El Hassane Oufker, a rejeté les accusations d’antisémitisme et  lancé une charge virulente contre l’enseignant, lors d’une conférence de presse.

« Je pense que Sofiane Zitouni a ouvert des parenthèses entre la philosophie et l’islam. Mes élèves disent qu’il a plus parlé de l’islam que de la philosophie et, à la fin, il n’a plus réussi à fermer cette parenthèse et il a cherché à endoctriner mes élèves à travers sa vision de l’islam. »

Le rectorat a, quant à lui, indiqué la mise en place d’une « mission d’inspection afin de vérifier le respect des termes du contrat d’association signé avec l’État ».