L’ancienne secrétaire d’Etat américaine Madeleine Albright et l’actrice Mayim Bialik ont déclaré qu’elles s’inscriraient en tant que musulmanes si le président américain Donald Trump créait un registre des musulmans américains.

Albright, qui a participé au gouvernement du président Bill Clinton, a mis en avant son origine juive dans sa déclaration publiée mercredi sur Twitter.

Les parents d’Albright se sont convertis du judaïsme au catholicisme en 1941, quand leur Tchécoslovaquie natale se désintégrait entre les mains d’Hitler. La famille a finalement émigré aux Etats-Unis à la fin des années 1940.

Trump a signé vendredi un décret interdisant temporairement l’entrée des réfugiés et des ressortissants de sept pays musulmans, l’Irak, l’Iran, la Syrie, le Yémen, le Soudan, la Libye et la Somalie, aux Etats-Unis. Pendant la campagne présidentielle, il avait également envisagé l’idée d’enregistrer les musulmans américains dans une base de données.

Albright, qui a fait campagne pour Hillary Clinton lors de la dernière élection, a répété sa position pendant une conférence téléphonique avec le Conseil des réfugiés des Etats-Unis jeudi.

« Demain [vendredi], c’est la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste. A quel point cela serait-il tragique que demain soit le jour où notre président décider de fermer la porte aux réfugiés ? », a demandé pendant l’appel Melanie Nezer, vice-présidente de l’organisation juive d’aide aux réfugiés HIAS.

Bialik, star de la série « The Big Bang Theory », a fait écho mercredi aux paroles d’Albright, citant elle aussi son judaïsme.

Albright et Bialik rejoignent la liste des juifs célèbres qui ont critiqué l’idée du registre des musulmans.

La semaine dernière, pendant la Marche des Femmes organisée à Washington au lendemain de l’investiture du président Trump, l’icône féministe Gloria Steinem a déclaré à la foule que si Trump forçait les musulmans à s’enregistrer, « nous nous enregistrons tous comme musulmans. »

Jonathan Greenblatt, le directeur exécutif de l’Anti-Defamation League (ADL), avait lancé l’appel juste après l’élection de Trump en novembre.

« Parce que je suis engagé dans la lutte contre l’antisémitisme, si un jour les musulmans américains doivent enregistrer leur identité, ce sera le jour où le fier juif que je suis s’enregistrera comme musulman », avait-il déclaré pendant une conférence de l’ADL sur l’antisémitisme.