Quelques heures après les annonces de victoire du parti du Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le président américain Barack Obama a indiqué mardi qu’il travaillerait avec n’importe quel futur Premier ministre israélien.

Obama « reste déterminé à travailler très étroitement avec le vainqueur des élections pour cimenter et approfondir les forts liens entre les Etats-Unis et Israël, et le président est convaincu qu’il peut le faire avec celui que le peuple israélien choisira », a déclaré le secrétaire de presse de la Maison Blanche Josh Earnest, cité par le New York Times.

Le commentaire de la Maison Blanche a été publié après une amère campagne et des mois de tensions entre Netanyahu et Obama, qui ont culminé avec le discours du Premier ministre devant une session conjointe du Congrès, deux semaines avant les élections israéliennes. Le timing, le contenu et le manque de coordination avec l’administration Obama ont irrité la Maison Blanche.

La déclaration de Netanyahu de mardi, affirmant qu’il ne permettra pas la formation d’un Etat palestinien, pourrait encore exacerber les relations déjà tendues avec Washington.

Sur la Deuxième chaîne, le journaliste diplomatique Udi Segal a prédit qu’un gouvernement de droite dirigé par Netanyahu pourrait rencontrer de sévères difficultés avec l’administration Obama.

La récente nomination par Obama de fonctionnaires tels que le nouveau coordonnateur au Moyen-Orient Robert Malley, souvent critique de l’approche d’Israël dans le processus de paix palestinien, souligne cette éventualité. Segal a même laissé entendre que les Etats-Unis pourraient imposer des conditions de paix aux parties.

Le sénateur américain Ted Cruz, un républicain du Texas, a félicité Netanyahu pour « ce qui semble être une victoire » dans un communiqué publié tard mardi soir.

Faisant écho aux allégations de Netanyahu lui-même, Cruz a déclaré que son « succès électoral est d’autant plus impressionnant, au regard des forces puissantes qui ont essayé de lui nuire, y compris, malheureusement, toute l’équipe politique d’Obama. »

Dans une interview avec le Times of Israel avant les élections, Netanyahu a déclaré que nul n’a besoin d’accomplir un « formidable effort d’imagination » pour comprendre qu’Obama souhaite le voir partir.

Cruz a ajouté que l’opposition « héroïque – churchillienne même [de Netanyahu] – à un Iran nucléaire a rendu un service extraordinaire à la sécurité nationale américaine. »