Le président Reuven Rivlin a déclaré mercredi qu’il était « optimiste » quant à une perspective de paix israélo-palestinienne, mettant le doigt sur l’amélioration des relations entre les pays arabes de la région et Israël.

« Israël n’arrêtera jamais de chercher un moyen de mettre fin à la tragédie qui sévit entre nous et les Palestiniens. Nous devons œuvrer pour créer une compréhension entre les deux parties. Nous devons œuvrer pour créer une confiance mutuelle », a-t-il déclaré à des journalistes chrétiens dans sa résidence de Jérusalem.

« Et je dois vous dire que je suis optimiste », a-t-il ajouté. « Israël a établi de nouvelles amitiés avec de nombreux [pays] de la région, une coopération économique et diplomatique. C’est une étape importante. »

Les propos des Rivlin s’inscrivent dans le contexte du très controversé accord d’unité conclu entre le Fatah, parti de l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas et l’organisation terroriste Hamas. Jérusalem et Washington ont insisté pour que le Hamas reconnaisse Israël, renonce à la violence, soit démilitarisé, avant qu’il ne puisse jouer un rôle dans le gouvernement palestinien.

« Je veux que vous sachiez à quel point nous apprécions en particulier le roi Abdallah II de Jordanie, pour tout ce qu’il met en œuvre pour la paix, la sécurité et la stabilité de notre région », a déclaré le président.

« L’État d’Israël et le royaume jordanien font face à de nombreux défis. Mais notre relation est basée sur un engagement mutuel, sur le rêve d’un futur meilleur, pour nos deux peuples. »

« J’espère que cette amitié se renforcera, et que le lien de la paix qui nous unit servira d’exemple pour toute la région, pour les générations à venir », a ajouté Rivlin.

Le président Reuven Rivlin avec les participants du Christian Media Summit à Jerusalem, le 18 octobre 2017 (Crédit : Mark Neiman)

Le président Reuven Rivlin avec les participants du Christian Media Summit à Jerusalem, le 18 octobre 2017 (Crédit : Mark Neiman)

Durant la session de clôture du premier sommet des Médias chrétiens au Bureau du Presse du Gouvernement, auquel 130 journalistes de 30 parus différents ont pris part, le président a qualifié Jérusalem de microcosme de la coexistence pacifique entre Juifs, Musulmans et Chrétiens, laïcs et religieux.

« Si nous y arrivons, ici à Jérusalem, nous pouvons y arriver dans le Moyen Orient, et dans le monde entier », a-t-il assuré.

Le président à souligner qu’Israël est investi dans la lutte pour la liberté de culte. « Soyez assurés qu’Israël continue de se battre pour que les lieux saints soient des lieux sécurisés pour tous », a-t-il dit.

Dimanche, le Christian Media Summit a débuté par un discours du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Israël n’a pas de meilleur ami – et je pèse mes mots – pas de meilleur ami au monde que les communautés chrétiennes de par le monde », a déclaré Netanyahu. « Et Israël est le seule pays de cette vaste région où les Chrétiens peuvent non seulement survir, mais prospérer. »