Manifestation à Téhéran contre les Etats-Unis et Israël
Rechercher

Manifestation à Téhéran contre les Etats-Unis et Israël

Près de la manifestation, un écran affichait qu'il restait 8 240 jours d'existence à Israël, en référence à un discours du guide suprême iranien

Des manifestants iraniens brandissent des slogans anti-israéliens lors d'une manifestation dans la capitale, Téhéran, le 11 décembre 2017 pour dénoncer la déclaration du président américain Donald Trump de Jérusalem en tant que capitale d'Israël. (Crédit : AFP / ATTA KENARE)
Des manifestants iraniens brandissent des slogans anti-israéliens lors d'une manifestation dans la capitale, Téhéran, le 11 décembre 2017 pour dénoncer la déclaration du président américain Donald Trump de Jérusalem en tant que capitale d'Israël. (Crédit : AFP / ATTA KENARE)

Quelques centaines de conservateurs iraniens ont manifesté lundi à Téhéran contre la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, brûlant des portraits du président américain et du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ainsi que des drapeaux des deux pays.

La manifestation s’est déroulée au son de musique dance, chose normalement interdite en Iran, et de slogans comme « Les Etats-Unis sont des meurtriers », les « Mères palestiniennes perdent leurs enfants » ou le classique « Mort à l’Amérique ».

Le futur transfert de l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem, à une date non précisée, est « une cruauté qui vient s’ajouter aux précédentes oppressions américaines », a estimé Ali Esfahani, un étudiant de 23 ans.

Il s’est montré déçu par la faible mobilisation, qu’il a mise sur le compte de la mauvaise communication des organisateurs conservateurs.

Près de la manifestation, un écran affichait qu’il restait 8 240 jours d’existence à Israël, en référence à un discours du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, prévoyant la fin de l’Etat hébeu d’ici 2030.

« (Avec sa décision sur Jérusalem) Trump a permis d’accélérer les choses », a estimé Seyed Abdullah Hosseini, un religieux interrogé par l’AFP. « On s’attendait à ce qu’Israël soit démantelée plus tard (…) mais (cette décision) c’est le début de la fin pour Israël. On doit remercier (Donald Trump) ».

Depuis que M. Trump a annoncé mercredi sa décision sur Jérusalem, les condamnations internationales se sont succédé, y compris à l’ONU, et de nombreuses manifestations ont eu lieu dans le monde arabe et musulman.

A Jérusalem et dans les Territoires palestiniens, la décision américaine a engendré des confrontations entre Palestiniens et forces israéliennes qui ont coûté la vie à quatre Palestiniens, dont deux membres du Hamas et fait des centaines de blessés.

Lundi, le président iranien Hassan Rouhani a discuté par téléphone avec Ismaïl Haniyeh, le chef du mouvement terroriste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza et soutenu financièrement par Téhéran, selon un communiqué du gouvernement iranien.

« Le peuple opprimé de Palestine et la Nation islamique feront assurément échec au plan américano-israélien par leur unité et leur résistance », a déclaré Rouhani à son interlocuteur, selon ce texte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...