Environ 250 manifestants se sont rassemblés mercredi en dehors de la Vieille Ville de Jérusalem pour protester contre les restrictions de la police sur le culte musulman à la mosquée al-Aqsa sur le mont du Temple.

Selon la radio israélienne, on comptait parmi les personnes présentes à la manifestation à la Porte des Lions, les députés du parti Balad Hanin Zoabi, Jamal Zahalka et Basel Ghattas. La police a annoncé mercredi que l’accès à la mosquée pour les hommes serait limité aux hommes de plus de 50 ans et qu’elle se préparait à des manifestations et des émeutes possibles en réponse à cette mesure.

La police a souvent limité l’accès au mont du Temple tant aux fidèles musulmans qu’aux autres visiteurs pendant tout le mois écoulé en raison de tensions latentes pendant la période des fêtes juives, qui voit les fidèles juifs affluer à Jérusalem pour prier au mur Occidental en dessous du mont du Temple.

Mardi, des émeutiers dans le quartier de Ras al-Amoud à Jérusalem-Est ont tiré des feux d’artifice et jeté des pierres sur les forces de police des frontières, blessant un policier. La police a répondu avec des moyens anti-émeute de dispersion et arrêté un suspect.

Mardi également, des assaillants ont une fois de plus lancé des pierres sur un wagon de tramway, causant des dégâts mais pas de blessés, avant de prendre la fuite.

La société responsable du tramway a annoncé que neuf de ses 23 trains ont été endommagés par des jets de pierres dans la partie orientale de Jérusalem et ne sont plus opérationnels.

La radio israélienne a rapporté que lundi matin, les forces de police israéliennes avaient encerclé la mosquée al-Aqsa et sont entrées sur le mont du Temple après avoir reçu l’information que les militants palestiniens y avaient amassé des pierres et mis en place des obstacles en barbelés dans la préparation de projets d’attentats contre des visiteurs juifs sur le site.

En entrant sur le site, les policiers ont été touchés par des pierres, des cocktails Molotov et des feux d’artifice, qui ont été lancés contre eux par les manifestants. Les émeutiers ont ensuite été repoussés dans la mosquée. La police a retiré de nombreux obstacles, y compris des barrages de fil de fer barbelé, et a finalement ouvert le site aux visiteurs non-musulmans à 7h30 du matin

Les tensions qui couvaient ont amené le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon à déclarer qu’il était « profondément préoccupé par les provocations répétées dans les lieux saints de Jérusalem » qui attisent les tensions et qui doivent cesser. »

Lundi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait porter aux « extrémistes palestiniens » la responsabilité des affrontements répétés sur le site contesté.