Des centaines de personnes se sont réunies à Philadelphie, pour un événement intitulé « Stand Against Hate » en réponse aux récents actes de vandalisme commis dans un cimetière juif et aux nombreux actes racistes à travers le pays.

La fédération juive a déclaré qu’elle a organisé ce rassemblement interconfessionnel jeudi pour « restaurer un sentiment de sécurité et de paix dans notre communauté ».

Durant le rassemblement, le gouverneur démocrate Tom Wolf a décrit le vandalisme du cimetière comme « une profanation des valeurs qui nous sont chères » et a ajouté que les alertes à la bombe sont « des menaces contre chacun d’entre nous et contre l’humanité ».

Naomi Adler, directrice de la fédération juive de Greater Philadelphia, a affirmé qu’elle était « incroyablement touchée par l’effusion de tant de générations de gens qui prennent sur le temps pour sortir, dans le froid, s’élever contre le racisme », selon The Philadelphia Inquirer.

Plus de 100 pierres tombales ont été endommagées au cimetière du Mount Carmel. La police n’a pas procédé à des arrestations ni déterminé de mobiles. Les instituions juives et les écoles d’une dizaine d’États ont également été la cible d’alertes à la bombe cette semaine, dans la cinquième vague d’attaques du genre depuis janvier.

Le procureur général de Pennyslvanie, Josh Shapiro, a déclaré à la foule qu’il avait parlé au président Donald Trump, et lui avait parlé des récents actes de vandalisme, ainsi que des alertes à la bombes dans les centres communautaires juifs, et lui avait demandé de les traiter comme des crimes racistes.

« Ces menaces terroristes sont vouées à nous diviser, mais ce que j’ai vu, c’est que cela nous a uni, de façon significative et efficace », a-t-il dit selon ABC News.

Le gouverneur de Pennsylvanie Tom Wolf durant la manifestation Stand Against Hate à l'Independance Mall de Philadelphie, en Pennsylvanie, le 2 mrs 2017. (Crédit : Jessica Kourkounis/Getty Images/AFP )

Le gouverneur de Pennsylvanie Tom Wolf durant la manifestation Stand Against Hate à l’Independance Mall de Philadelphie, en Pennsylvanie, le 2 mrs 2017. (Crédit : Jessica Kourkounis/Getty Images/AFP )

Le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo a ordonné jeudi à la police d’État de lancer une enquête après la profanation du cimetière juif de Rochester. Il s’agissait du troisième incident du genre aux États-Unis en moins de deux semaines.

Cinq pierres tombales ont été renversées jeudi matin au cimetière Wad Kakolel, aussi appelé Stone Road, dans cette ville de l’ouest de l’État de New York.

« Plusieurs pierres tombales ont été vandalisées au cimetière Waak Hakolel de Rochester », a déclaré le gouvernement dans un communiqué. « Au regard des alertes à la bombe dont font l’objet les institutions juives, j’ordonne à la police d’État d’ouvrir immédiatement l’enquête sur ce sujet. »

Le président de l’organisation à but non-lucratif qui gère le cimetière a déclaré qu’il ne voulait pas qualifier l’incident d’acte raciste ou antisémite.

« Je ne veux pas l’étiqueter comme un acte raciste. Je ne pense pas qu’il y ait de preuves en ce sens. Je ne veux pas l’étiqueter comme un acte antisémite. Je ne pense pas qu’il y ait de preuves en ce sens », a déclaré Michael Phillips, président du Britton Road Association, selon The Rochester Democrat and Chronicle.

Des pierres tombales renversées cimetière Wad Kakolel, aussi appelé Stone Road, dans cette ville de l’ouest de l’État de New York. (Crédit : News 10 NBC WHEC/ via JTA)

Des pierres tombales renversées cimetière Wad Kakolel, aussi appelé Stone Road, dans cette ville de l’ouest de l’État de New York. (Crédit : News 10 NBC WHEC/ via JTA)

Cependant, Cuomo a indiqué que cette attaque semblait s’inscrire dans la tendance à la hausse des crimes racistes qui ont eu lieu dans l’État ces derniers temps.

« Au cours des derniers mois, des dernières semaines, la famille de New York – des personnes de toutes croyances, couleurs et origines confondues – a vu une recrudescence dramatique d’actes haineux et d’intolérance. En partenariat avec les autorités fédérales et locales, la State Police Hate Crimes Task Force a lancé des enquêtes poussées sur les crimes signalés à l’État », a assuré Cuomo.

La veille de cet incident, la police de New York a indiqué que le nombre d’incidents antisémite avait augmenté de 94 % par rapport à l’an dernier à la même période.

Ce chiffre s’inscrit dans l’augmentation générale de 55 % de crimes racistes dans la ville, par rapport à l’an dernier.

En deux mois, 34 actes antisémites ont été signalés, contre 18 en février 2016.