Des centaines d’Israéliens se sont retrouvés jeudi sur une colline proche du Parlement à Jérusalem pour fumer des joints, un rassemblement destiné à faire pression pour une légalisation de la consommation de marijuana.

Assis par petits groupes sur l’herbe du Jardin des Roses, proche de la Knesset, les participants ont allumé leurs joints à 04H20 de l’après-midi, en clin d’œil aux « rassemblements 420 » qui réunissent partout dans le monde des amateurs de cannabis.

Le son de la guitare flottait dans l’air, la fumée s’élevait vers le ciel et les conversations allaient bon train.

La police n’est pas intervenue.

Un Israélien fume un joint à Jérusalem le 20 avril 2017 lors d'un rassemblement au jardin des roses, en Israël (Crédit : AFP PHOTO / THOMAS COEX)

Un Israélien fume un joint à Jérusalem le 20 avril 2017 lors d’un rassemblement au jardin des roses, en Israël (Crédit : AFP PHOTO / THOMAS COEX)

« Plus nombreux nous serons, plus nous éveillerons les consciences et nous pourrons faire avancer la légalisation », a expliqué Itamar Yitzhakov, un Israélien de 22 ans venu de Holon, près de Tel-Aviv tout en fumant un joint parfumé à la mangue.

« Une fois par an, nous célébrons le jour du cannabis. Nous oublions tous nos ennuis, nous nous rassemblons ici – tous les frères qui fument – et nous nous créons des liens », a-t-il ajouté.

Yitzhakov a expliqué qu’il fumait depuis quelques années, mais qu’il a fait « son coming-out du cannabis » à ses parents et employeurs il y a quelques mois.

« Je ne fume pas énormément », a-t-il précisé. « Après une dure journée de travail, je veux me rouler dans un petit joint ».

Un Israélien fume un joint à Jérusalem le 20 avril 2017 lors d'un rassemblement au jardin des roses, en Israël (Crédit : AFP PHOTO / THOMAS COEX)

Un Israélien fume un joint à Jérusalem le 20 avril 2017 lors d’un rassemblement au jardin des roses, en Israël (Crédit : AFP PHOTO / THOMAS COEX)

Le mois dernier, le gouvernement israélien a approuvé un projet dépénalisant partiellement la consommation de cannabis à usage récréatif au profit d’un système d’amende. Cette dépénalisation concerne uniquement la consommation personnelle.

Mais les participants au rassemblement appelé « Big Bong Night » réclament une légalisation complète.

‘J’aime fumer’

Des rassemblements similaires de fumeurs de marijuana ont déjà eu lieu en Israël. Le premier avait été organisé à l’initiative d’Amos Dov Silver en 2014. Poursuivi en justice et emprisonné, il a ensuite quitté Israël pour la Californie où il vit depuis 18 mois.

Lors d’une interview accordée à l’AFP depuis son exil américain, Silver a déclaré que l’événement n’était pas une manifestation ou une protestation mais qu’il s’agissait plutôt d’une façon de contester la mentalité des autorités sur la marijuana en rassemblant des milliers de fumeurs en même temps pour que le nombre soit trop élevé pour que la police puisse mettre une amende à toutes les personnes présentes.

Des Israéliens fument un joint à Jérusalem le 20 avril 2017 lors d'un rassemblement au jardin des roses, en Israël (Crédit : AFP PHOTO / THOMAS COEX)

Des Israéliens fument un joint à Jérusalem le 20 avril 2017 lors d’un rassemblement au jardin des roses, en Israël (Crédit : AFP PHOTO / THOMAS COEX)


« Plus, il y a de personnes présentes, plus la sensibilisation augmentera et nous pourrons commencer à faire progresser la légalisation », a estimé Yitzhakov.

La légalisation pourrait prendre du temps, mais la décriminalisation a été accueillie avec joie par Tal Ofer.

« J’ai 43 ans, je suis le père d’une fillette de 16 mois, je suis employé comme programmeur, je respecte totalement les normes et j’aime fumer », revendique ainsi Tal Ofer qui décrit le rassemblement comme « une protestation pacifique » contre la loi.

Ofer, de Gan Yavne, près de la ville d’Ashdod, qui a amené sa femme non-fumeuse et son bébé à l’événement.

« Je veux fumer. Je sais que c’est bon pour moi. Je sais à quel point le produit est bon », a-t-il assuré.

Une Israélienne fume un joint à Jérusalem le 20 avril 2017 lors d'un rassemblement au jardin des roses, en Israël (Crédit : AFP PHOTO / THOMAS COEX)

Une Israélienne fume un joint à Jérusalem le 20 avril 2017 lors d’un rassemblement au jardin des roses, en Israël (Crédit : AFP PHOTO / THOMAS COEX)

Etant une « personne très hyperactive », pour Ofer fumer de la marijuana était principalement un moyen de se calmer et de lui permettre de se concentrer.

« C’est mon Ritalin, en plus sain », a-t-il affirmé, en se référant à un médicament pour traiter les troubles d’hyperactivité avec un déficit de l’attention.

Alors qu’Ofer a reconnu qu’il y avait des complexités juridiques et procédurales dans la légalisation à part entière du cannabis, Yitzhakov continue de nourrir l’espoir que cela se produirait bientôt.

« Je crois qu’il y aura une légalisation cette année. Il est toujours bon d’espérer – quel mal peut-il y avoir ? ».