Plus de trois années après qu’une vague de protestations pour la justice sociale a déferlé sur Israël, des activistes ont à nouveau planté leurs tentes, dimanche, sur le Boulevard Rothschild de Tel-Aviv, le site où les premières séries de manifestations contre l’inégalité économique et le coût de la vie avaient commencé.

Le site d’information Walla a annoncé que des centaines personnes avaient participé à la manifestation, mais on n’ignore si l’événement entraînera une plus large campagne.

Shai Cohen, l’organisateur, a décidé de renouveller les manifestations. Il a passé la quarantaine sans avoir encore les moyens de s’acheter un appartement.

Les coûts de logement ont augmenté de 55 % entre 2008 et la fin de 2013, a souligné un rapport du Contrôleur des comptes de l’Etat, Yossef Shapira, publié la semaine dernière.

Les loyers aussi ont augmenté lors de cette période d’environ 30 %.

Plusieurs militants de la justice sociale ont rejoint le campement de tentes, dimanche, sur le luxueux boulevard de Tel-Aviv, y compris le chef de la « manifestation laiteuse » Naor Narkiss, des officiels et des activistes des partis Union sioniste et Meretz, le député de la liste arabe commune Dov Khenin et des résidents du quartier récemment évacué de Givat Amal à Tel-Aviv.

Le député de l’Union sioniste, Itzik Shmuli, qui était un des dirigeants des manifestations de 2011, a accusé dimanche le Premier ministre Benjamin Netanyahu d’avoir échoué à s’occuper de la question du logement

Trois militants du parti du Likud de Netanyahu ont réussi à convaincre les organisateurs de les laisser s’adresser à la foule, mais ils ont été hués par les cris des manifestants anti-Netanyahu. Une bousculade a eu lieu et les activistes ont été éloignés du site.

Le Likud a demandé à la mairie de Tel-Aviv de disperser le camp de manifestation, mais la municipalité a refusé dimanche.

Marissa Newman a contribué à cet article.