Sept personnes ont été arrêtées mardi soir au troisième jour de manifestations à Jérusalem et à Beit Shemesh de militants ultra-orthodoxes, qui protestaient contre l’arrestation de jeunes femmes ayant refusé de s’enrôler dans l’armée israélienne.

Beaucoup de personnes de la communauté ultra-orthodoxe évitent le service militaire qui est obligatoire pour la plupart des Israéliens. La communauté jouit historiquement d’une exemption générale pour pouvoir étudier dans des séminaires religieux. Cependant, certains membres de cette communauté, en particulier les femmes, refusent même de se présenter au bureau de recrutement pour demander cette exemption.

Trois manifestants ont été arrêtés à Jérusalem, où des dizaines de personnes ont affronté la police et bloqué des routes avec des bennes à ordure incendiées, a annoncé la radio militaire. Un homme a été légèrement blessé en essayant de forcer un tramway à s’arrêter en se tenant sur les rails, près de la rue Shivtei Yisrael de la capitale. Le conducteur s’est arrêté en urgence mais n’a pas pu stopper le véhicule de 100 tonnes à temps.

A Beit Shemesh, quatre manifestants ont été arrêtés pour avoir bloqué des routes et attaqué la police.

Des ultra-orthodoxes bloquent une route pendant une manifestation contre l'emprisonnement d'une jeune ultra-orthodoxe n'ayant pas demandé d'exemption de service militaire, à Beit Shemesh, le 17 janvier 2017. (Crédit : Yaakov Lederman/Flash90)

Des ultra-orthodoxes bloquent une route pendant une manifestation contre l’emprisonnement d’une jeune ultra-orthodoxe n’ayant pas demandé d’exemption de service militaire, à Beit Shemesh, le 17 janvier 2017. (Crédit : Yaakov Lederman/Flash90)

Les manifestations ont été déclenchées par l’arrestation par la police militaire en début de semaine d’une élève d’un séminaire ultra-orthodoxe de Beer Sheva, dans le sud du pays, qui n’avait pas rempli les documents pour demander une exemption du service militaire, a annoncé Israël National News.

Après trois jours de détention, la femme a été libérée. Des inculpations contre deux autres jeunes enrôlés ultra-orthodoxes ont été annulées par la cour militaire de Jaffa, selon le site d’information.

Les manifestations contre l’enrôlement des ultra-orthodoxes sont fréquentes à Jérusalem et Beit Shemesh.

Une réforme votée en 2014 par la Knesset, qui devait mettre fin aux exemptions et augmenter au fur et à mesure le recrutement ultra-orthodoxe, avait été vivement combattue par beaucoup dans la communauté religieuse, qui perçoivent l’armée comme une menace à leur mode de vie.

En novembre dernier, la Knesset a adopté un amendement à cette réforme, revenant drastiquement sur son objectif et supprimant les pénalités collectives qui auraient été imposées si le quota annuel d’enrôlés ultra-orthodoxes n’était pas atteint.

Une femme furieuse dans un bus bloqué par des ultra-orthodoxes manifestant contre l'emprisonnement d'une jeune ultra-orthodoxe n'ayant pas demandé d'exemption de service militaire, dans le quartier Mea Shearim de Jérusalem, le 17 janvier 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Une femme furieuse dans un bus bloqué par des ultra-orthodoxes manifestant contre l’emprisonnement d’une jeune ultra-orthodoxe n’ayant pas demandé d’exemption de service militaire, dans le quartier Mea Shearim de Jérusalem, le 17 janvier 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)