Les forces aériennes turques et saoudiennes ont débuté lundi cinq jours de manœuvres conjointes au-dessus de la Turquie, au moment où les deux pays se disent prêts à intensifier leurs opérations contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie.

Six chasseurs saoudiens F-15 doivent participer à ces exercices, programmés de longue date, qui se déroulent dans la région de Konya (centre), a indiqué l’état-major turc dans un communiqué publié sur son site internet.

Ces manœuvres interviennent alors que le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, a déclaré samedi qu’Ankara et Ryad pourraient participer à une intervention militaire terrestre contre l’EI sur le territoire syrien.

Les deux capitales ont toutes les deux pris le parti des rebelles contre le régime du président syrien Bachar al-Assad.

L’Arabie saoudite a annoncé le déploiement dans les jours qui viennent d’avions de chasse sur la base militaire turque d’Incirlik (sud), dans le cadre de la coalition internationale antijihadiste dirigée par les Etats-Unis.

Le ministre de la Défense turc Ismet Yilmaz M. Yilmaz a confirmé lundi que quatre avions de combat F-16 saoudiens étaient attendus à Incirlik, où stationnent déjà des appareils américains et allemands de la coalition.

Les relations entre Ankara et Ryad se sont considérablement réchauffées ces derniers mois, après un froid provoqué par le rôle joué par Ryad dans le renversement en 2013 par les militaires égyptiens du président Mohammed Morsi, issu des Frères musulmans et allié proche d’Ankara.