Plus de 3 500 policiers sont mobilisés ce dimanche pour assurer la sécurité d’une manifestation d’ultra-orthodoxes contre la loi sur la conscription universelle.

Les organisateurs, qui ont surnommé l’événement « la marche du million », attendent des centaines de milliers de participants à Jérusalem.

Selon la police, la circulation sera bloquée. Plusieurs routes seront fermées et les transports publics ne circuleront pas près de l’entrée de la ville et de la Knesset.

Les autorités ont précisé que la route numéro 1, le principal axe entre Tel Aviv et Jérusalem, sera fermée après 14h entre la zone de Latroun et la capitale. La station de bus centrale de Jérusalem sera également fermée dans l’après-midi.

Les bus et les tramways circulant près de l’entrée de la ville arrêteront de fonctionner dans l’après-midi. Les écoles publiques situées dans le même périmètre fermeront à 13h.

Le président du parti Shas, Aryeh Deri, l’un des principaux porte-paroles du mouvement de lutte contre le projet de loi, a appelé samedi soir les manifestants à éviter toute violence contre la police.

« J’implore les jeunes », a t-il déclaré. « Je vous en prie, faites que le nom de Dieu ne soit pas désacralisé… Il pourrait y avoir des provocations… Soyez prudents. »

Par le passé, des violences ont émaillé les manifestations d’ultra-orthodoxes contre le projet de conscription universelle. À Ashdod, en début de mois, une manifestation de plusieurs milliers de personnes s’est terminée par l’arrestation de dizaines d’émeutiers.

L’un des principaux partisans de la loi sur la conscription, le ministre de l’Économie Naftali Bennett, s’est élevé contre la manifestation samedi soir, affirmant que « le service militaire n’est pas un ‘décret’ – comme le qualifient certains dirigeants ultra-orthodoxes – mais plutôt une grande mitzvah [un des 613 commandements de la Torah]. »

Bennett a demandé aux membres de son parti, Habayit Hayehudi, de ne pas participer à la manifestation, dans une référence ouverte au député Moti Yogev, qui a déclaré envisager de s’y rendre.

Le maire-adjoint de Jérusalem Yisrael Kellerman, l’un des organisateurs de l’événement, a dit espérer que la participation se compterait en centaines de milliers.

« Nous avons voulu attirer la communauté haredi de tout le pays », a-t-il confié au site internet ultra-orthodoxe Kikar Shabbat. « Il y a eu certaines difficultés, car en seulement quelques jours, nous avons dû faire venir tout le monde. Nous avons dû affréter des milliers de bus. »

La version la plus récente du texte sur la conscription a été violemment critiquée par les dirigeants ultra-orthodoxes, en raison des sanctions pénales individuelles qu’elle prévoit à l’encontre des réfractaires.

Des sanctions qui s’appliqueraient si la communauté dans son ensemble ne parvenait pas à respecter les quotas de conscrits haredim.

Mais le projet de loi a aussi été critiqué par les partisans de la conscription universelle, car il repousse à mi-2017 la mise en place de ces sanctions, c’est-à-dire après les prochaines élections législatives.