Un millier de personnes ont manifesté vendredi soir à Rabat et Casablanca, au Maroc, pour exprimer leur « solidarité avec la population palestinienne » et fustiger les opérations militaires israéliennes à Gaza, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Le principal rassemblement s’est tenu devant le Parlement de Rabat, après la rupture du jeûne, en présence de quelque 800 manifestants munis de drapeaux palestiniens et scandant des slogans hostiles à l’État hébreu.

« La punition collective des civils est un crime de guerre. Le Maroc doit exiger des sanctions internationales contre l’État sioniste », proclamait une banderole dans la foule.

« Le peuple veut la libération de la Palestine », « non à la normalisation avec Israël », ont notamment scandé les manifestants, scindés en deux groupes, sympathisants islamistes et militants de gauche.

« Nous dénonçons les raids barbares sur Gaza, qui violent toutes les lois internationales. Les Palestiniens ne font que défendre leurs droits », a déclaré à l’AFP Hassan Kettani, un responsable islamiste.

Pour Amina Maelainine, députée du Parti justice et développement (PJD, au gouvernement), « le peuple marocain, dans toutes ses composantes – hommes et femmes, associations et politiques – est là pour soutenir nos frères palestiniens ».

« La société marocaine s’exprime d’une seule voix. (…) La Palestine, c’est l’affaire de tout le peuple arabe », a renchéri Abdelhakim Serroukh, un étudiant âgé de 25 ans.

A Casablanca, la capitale économique, de 200 à 300 personnes ont aussi manifesté en soutien avec les Palestiniens. Parmi eux figuraient des membres de la mouvance islamiste Al Adl wal Ihsane (Justice et bienfaisance, interdite mais tolérée), selon un correspondant de l’AFP.

Les autorités marocaines ont « vivement condamné » jeudi « l’escalade militaire (…) injustifiée et inadmissible » d’Israël, dénonçant « les agressions répétées contre le peuple palestinien ».

Dans un communiqué, le roi Mohammed VI, président du comité Al Qods (Jérusalem, en arabe) rassemblant une quinzaine de pays musulmans, a annoncé le déblocage d’une « aide humanitaire d’urgence » de cinq millions de dollars à destination de la population de Gaza.