L’auteur des tags « Juif » réalisés ces dernières semaines dans quelques rues de Marseille et qui ont suscité l’émoi de la communauté juive était lui-même juif et a réalisé ces tags sans but politique, a-t-on appris de source policière vendredi après qu’il se fut dénoncé.

Selon les premiers éléments disponibles vendredi matin, le taggeur s’est dénoncé après avoir vu l’ampleur suscitée par la découverte et la médiatisation des ses graffitis au cours des derniers jours.

Dénonçant des « inscriptions antisémites », la Crif Marseille-Provence avait annoncé avoir porté plainte.

L’enquête sur cette série de tags, en grand format et de couleurs variées, apposés sur des rideaux de fer ou des devantures de garage, a débuté mi-novembre, avait précisé jeudi à l’AFP une source proche du dossier. Les tags avaient été réalisés à des dates variées, et de façon aléatoire, l’un d’eux ayant par exemple été réalisé sur la devanture d’un restaurant chinois.

L’auteur des tags devrait être auditionné par la police, a-t-on encore précisé vendredi, soulignant qu’ « a priori », il n’avait aucun objectif politique.

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), dont la branche Marseille-Provence avait dénoncé des « inscriptions antisémites » et annonçait porter plainte, a affirmé vendredi prendre « note du fait que l’auteur de ces tags serait un jeune membre de la communauté juive de Marseille, dont +Juif+ n’est autre que la signature ».

L’organisation « salue » tous ceux qui « avaient exprimé leur indignation après la découverte de ces tags nauséabonds » et rappelle « l’importance pour la société française de montrer un visage uni face à l’expression de la haine, du racisme et de l’antisémitisme ».