La star juive du reggae qui n’arrête pas de monter,Matisyahu, doit se produire sur scène avec une hazane [chantre en charge du chant des prières liturgiques dans une synagogue] pour la première fois la semaine prochaine à Redondo Beach en Californie.

Le chanteur, qui était un Juif hassidique, a observé l’interdiction de Kol Isha [« voix de la femme », une règle selon laquelle, pour certains, une femme n’a pas le droit de chanter devant un homme] jusqu’à fin 2011.

A cette époque, il a surpris ses fans postant une photo de lui sans barbe et sans kippa. Depuis, il chante avec des femmes en public, mais jamais avec une hazane.

Matisyahu a accepté l’invitation de la future hazane Jessica Hutchings de venir chanter avec elle à son récital de fin d’étude en mai au temple Menorah.

« La musique est la musique. Elle va au-delà et en dessous des limites de sexe, de race, de religion ou de culture », a écrit Matisyahu à la hazane.

Hutchings, 29 ans, est titulaire d’un master en Education juive de l’université juive américaine, sera ordonnée chantre et obtiendra son master de musique sacrée juive à l’Academy for Jewish Religion ce mois-ci.

Hutchings, qui est chantre solo et directrice musicale au Temple Menorah depuis quatre ans, a eu l’idée de proposer au beat boxer de venir chanter avec elle après sa performance en mai dernier.

« Je me suis rendu compte qu’il chantait pour un public laïc, mais que sa musique était juive » raconte-t-elle au Times of Israel. « Ce n’était pas sur le typique sexe, drogue et rock’n roll ».

Cette prise de conscience l’a inspirée à faire sa thèse, « Qui a besoin de la musique de synagogue ? », sur la manière dont la musique juive est restée sainte, même si elle évolue au fil du temps.

« Je savais que je voulais écrire ma thèse sur le besoin d’un lien entre la laïcité et le sacré pour les générations contemporaines juives », explique la soprano.

« C’est quelque chose que Matisyahu a fait sans le vouloir ».

Utilisant les liens qu’elle avait avec un agent de musique, Hutchings a été capable d’entrer en contact avec les représentants de Matisyahu.

Le chanteur a beaucoup aimé l’idée de l’étudiante en chantre et a accepté son invitation.

« A ce moment-là, la principale tâche était de coordonner sa tournée », raconte-t-elle. Le prochain album du chanteur, Akeda, est prévu pour début juin.

Etant donné que Matisyahu prendra l’avion pour Los Angeles la veille du concert, les deux chanteurs et la chorale de jeunes devront tout organiser lors d’une rapide répétition.

« Idéalement, il sera là à temps pour la répétition générale », espère Hutchings.

Hutchings, qui va bientôt retourner dans sa ville natale de Las Vegas pour être la hazane de la Congrégation Ner Tamid (le temple qu’elle a fréquenté en grandissant), chantera des chants traditionnels, du blues juif et des compositions modernes.

Matisyahu et la chorale de jeunes se joindront à elle pour chanter le hit
« One Day » pour la grande finale.

Matiyahu va donner un concert de bienfaisance pour Lag Baomer au temple Menorah, ouvert au public tout de suite après le récital de fin d’étude.

« Il s’est éloigné de la Halakha et de l’orthodoxie. Chanter avec une femme hazane est une grande étape pour lui », ajoute Hutchings.

C’est clairement un saut que le chanteur de reggae désormais rasé de près s’apprête à franchir.