L’actrice juive Mayim Bialik a critiqué la March for Racial Justice, qui aura lieu pendant Yom Kippour.

Dans une publication Facebook ce dimanche, Bialik a déploré la programmation de cette manifestation contre la suprématie blanche, prévue pour le 30 septembre à Washington DC. Selon elle, les juifs, qui passent traditionnellement le jour de Kippour, Jour du Grand Pardon, à prier et jeûner, en sont écartés.

« Personne d’autre ne trouve cela absurde ? », a-t-elle écrit tout en minuscule. « Je pense que cela exclut automatiquement une partie de ceux qui, historiquement, ont défendu l’égalité raciale de façon monumentale.

Bialik, star de la série « The Big Bang Theory », qui affiche ouvertement son judaïsme, ne pense pas que cette programmation soit une simple erreur, indiquant que « croyez-moi, ça figure sur tous les calendriers qu’ils ont consultés avant de fixer la date ».

Plus tôt dans la journée de dimanche, les organisateurs de la March for Racial Justice avaient publié leur propre communiqué sur Facebook, dans lequel ils s’excusent pour la « programmation problématique » et ont salué la contribution des Juifs dans l’histoire du militantisme progressiste.

Ils ont notamment mentionné le rabbin Abraham Joshua Heschel, qui avait marché aux côtés du révérend Martin Luther King Jr, lors de la marche de 1965 pour les droits civiques de Selma, à Montgomery en Alabama.

« Les dirigeants de la March for Racial Justice regrettent le choix problématique de la date du 30 septembre pour la March for Racial Justice qui coïncide avec Yom Kippour, le Jour du Grand Pardon », indique le communiqué.

« Les dirigeants de la March for Racial Justice reconnaît et rend hommage à l’union historique qui relie les Afro-Américains et les Américains de confession juive. Ces deux communautés sont des alliés naturels, car ils ont en commun un passé de persécution et de discrimination. »

La March for Racial Justice se définit comme « un mouvement multi-communautaire dirigé par une coalition unie par ses revendications d’égalité raciale et de justice ».

Cependant, les organisateurs ont clairement indiqué qu’ils n’avaient pas l’intention de reprogrammer cette manifestation. Ils ont précisé que cette date avait été choisie pour rendre hommage au Massacre d’Elaine, en 1919, au cours duquel des Blancs ont attaqué et tué des dizaines d’Afro-américains dans l’Arkansas (dans le comté d’Elaine).

Le communiqué relaie les paroles du rabbin Hannah Spiro, une femme rabbin reconstructionniste, qui dirige la communauté de Hill Havurah, à Washington. Elle aurait dit, selon les organisateurs, que cette marche « pourrait être une puissante opportunité pour les juifs d’aller prier à pied entre les offices, durant l’après-midi de Yom Kippour », en référence à la fameuse citation d’Heschel sur la signification de la manifestation.