Le président allemand Joachim Gauck a rendu hommage à la Grande Bretagne pour la libération du camp de concentration nazi de Bergen-Belsen il y a 70 ans, lors d’une cérémonie dimanche en présence de 70 survivants.

 

Plus de 50.000 déportés de différents pays d’Europe sont morts dans le camp nazi du Land de Basse-Saxe dans l’ouest de l’Allemagne entre 1941 et 1945, parmi lesquelles l’adolescente juive Anne Frank morte du typhus, dont le journal est devenu l’un des récits emblématiques du sort réservé aux juifs pendant l’Occupation.

 

En outre, 20 000 prisonniers de guerre sont morts à Bergen-Belsen, au cours de la même période.

 

Joachim Gauck a salué l’exemplarité des soldats britanniques qui ont libéré les survivants de ce camp et qui ont aidé à restaurer l' »humanité » en Allemagne.

 

Il a cité le Major Ben Barnett, l’un des premiers officiers britanniques à atteindre le camp au printemps 1945, découvrant l’horreur indescriptible de ce qu’il voyait. « Les choses que j’ai vues défient toute description », avait dit Barnett.

 

Dans la période de l’après-guerre, les Alliés ont été les « ambassadeurs de la culture démocratique qui ne recherchait pas la vengeance contre l’ennemi », a déclaré M. Gauck.

 

« Ils étaient ainsi le contre-exemple éclatant de ces Allemands qui au cours des années précédentes avaient conquis, soumis, réduit en esclavage et pillé l’Europe ».

 

Le président du Congrès juif mondial, Ronald S. Lauder, a rappelé que les soldats britanniques avaient révélé au monde une première preuve visuelle de l’Holocauste.

 

« Quand les troupes britanniques ont franchi les grilles ici à Bergen-Belsen -– ils ont pris des photos, et pour la première fois, le monde a enfin réalisé l’étendue de l’horreur nazie », a-t-il dit.

 

« Nous avons vu les bulldozers poussant les corps nus dans des fosses communes. Les squelettes vivants », a ajouté Ronald Lauder en invitant à plus de vigilance contre une résurgence des attaques antisémites en Europe et la progression des partis d’extrême droite dans certains pays, comme en Hongrie et en Grèce.

 

« Il y a une génération plus jeune de Juifs qui sont déterminés à faire en sorte que le peuple juif ne soit plus jamais victime de ce genre de mal », a-t-il déclaré devant les survivants.

 

Peu de traces de l’existence du camp de la mort de Bergen-Belsen sont encore visibles aujourd’hui. Il a été incendié par les soldats britanniques peu après sa libération le 15 avril 1945 pour éviter la propagation de maladies mortelles telles que le typhus, qui emporta Anne Franck et sa soeur Margot.

 

Susanna Christiansen, 82 ans, qui a survécu mais dont le père est mort trois jours après la libération du camp s’est dite submergée par « le vide, la peine et la tristesse », selon l’agence DPA.

 

L’Allemagne marquait aussi dimanche les 70 ans de la libération par les soldats américains du camp de Flossenbuerg où 30.000 détenus sont morts.