Un décompte partiel de plus de 200 000 bulletins des électeurs ayant voté en dehors de chez eux (soldats et autres cas particuliers) indique que Meretz remporte 5 sièges au parlement et non 4 contrairement à ce que le dépouillement de 99 % des votes avaient montré la veille.

Selon la radio israélienne, la Liste arabe unie perd un siège passant de 14 à 13, mais conserve son statut de troisième plus grand parti au Parlement. Le parti ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah tombe également de 7 à 6 mandats.

Il s’agit des votes des soldats, des prisonniers, du personnel médical, de personnes étant hospitalisées et des représentants israéliens dans des missions à l’étranger.

La Commission centrale des élections est censée publier le décompte final dans la journée de jeudi, mais on ne s’attend pas à un changement important dans les résultats déjà connus.

Le Likud devrait rester à 30 sièges, contre 24 pour son principal rival l’Union sioniste. Au centre, Koulanou de Moshe Kahlon reste à 10 sièges, et Yesh Atid de Yair Lapid à 11. HaBayit HaYehudi de Naftali Bennett : 8 , Shas: 7 et Yisrael Beitenu d’Avigdor Liberman, 6.

Alors que mercredi, Meretz était credité de 4 sièges, la chef du parti Zahava Gal-on avait dit qu’elle envisageait de démissionner.

« Si dans les résultats finaux, il s’avère que Meretz n’obtenait que quatre sièges, alors je démissionnerais de la Knesset en faveur de Tamar Zandberg », avait-elle assuré, en faisant référence au numéro 5 de sa liste.

Gal-on pourrait rester au Parlement suite à ce changement du nombre de sièges obtenu par son parti.

Ces chiffres sont quasiment définitifs, mais restent sujets à des vérifications avant leur publication officielle le 25 mars, a affirmé la commission. La composition en sièges de la 20e Knesset ne devrait plus changer.

Netanyahu, au pouvoir depuis 2009, devrait se voir confier par le président Reuven Rivlin la tâche de composer le prochain gouvernement.