Les ministres français et belge de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve et Joëlle Milquet, ont rendu mercredi un nouvel hommage aux victimes de la fusillade du Musée juif de Bruxelles, et adressé un message de fermeté aux « barbares » qui sont des « ennemis du genre humain ».

Les deux ministres ont déposé une couronne de fleurs aux couleurs des deux pays devant la façade du musée, toujours fermé 10 jours après l’attaque, et dont le trottoir est encore recouvert de bouquets et de bougies en hommage aux quatre victimes.

« Le suspect que nous avons arrêté, comme l’une des victimes, étaient français. Cela nous oblige à reconnaître que la violence et la haine qui nous menacent ne s’arrêtent pas aux frontières. C’est ensemble que nous devons faire face », a déclaré M. Cazeneuve, en présence de représentants de la communauté juive de Belgique.

« Aujourd’hui, des lâches manipulent des faibles au nom d’un message religieux dévoyé pour leur faire commettre des actes criminels. Je veux dire à ces barbares qu’un homme qui en tue un autre en raison de son identité est un ennemi du genre humain », a-t-il ajouté.

« Un homme qui assassine des civils au hasard de sa haine ne sera jamais un combattant. Une doctrine qui prône l’assassinat aveugle inspirera toujours de l’horreur aux vrais croyants de toutes les confessions », a dit le ministre.

La France et la Belgique feront preuve d’une « fermeté absolue », a-t-il insisté. « Aucun acte antisémite, les petites phrases mortifères pas plus que les grands gestes assassins, ne doit rester impuni. Leurs auteurs doivent savoir qu’ils seront inlassablement traqués, retrouvés et punis », a-t-il averti.

Joëlle Milquet a décrit cet hommage comme un « acte d’indignation, de compassion à l’égard de la communauté juive et de réelle détermination à ne pas laisser faire le terrorisme et le radicalisme ».

M. Cazeneuve et son homologue belge devaient ensuite dîner ensemble pour préparer une réunion de ministres de l’Intérieur de sept pays de l’UE, jeudi à Luxembourg, dont l’objectif est de « prendre des mesures concrètes » pour renforcer la lutte contre le djihadisme et contrer le risque de nouvelles attaques, selon Mme Milquet.

Le sujet s’est également invité à la réunion du G7 qui s’est ouvert dans la soirée à Bruxelles.

Interrogée sur le refus du suspect numéro un, Mehdi Nemmouche, d’être transféré en Belgique, Mme Milquet a expliqué qu’elle ferait confiance à la justice française.

« Les procédures sont en cours. Mais quoi qu’il arrive, je pense que tant la justice belge que la justice française font très bien leur travail (…) et qu’elle prendront des mesures du même ordre », a-t-elle déclaré.