Une députée israélienne a fustigé mercredi un groupe européen pour un rapport interparlementaire qui accuse Israël de mener des « meurtres illégaux systématiques » dans la bande de Gaza.

Elle a affirmé que le document était loin de la vérité, et ne servait qu’à perpétuer la diabolisation d’Israël parmi les responsables européens.

Aliza Lavie, députée du parti d’opposition Yesh Atid, s’est exprimée au lendemain de l’adoption par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) d’une résolution basée sur son rapport sur la situation humanitaire de l’enclave palestinienne dirigée par le Hamas [pdf en anglais].

« Nous accuser de toute la situation humanitaire à Gaza, c’est loin de la vérité », a-t-elle déclaré à la radio militaire.

La résolution accuse Israël d’utiliser « une force excessive et intentionnelle sans justification contre les civils palestiniens dans la zone tampon, notamment contre des fermiers, des journalistes, des équipes médicales et des manifestants pacifiques, [ce qui] s’oppose ouvertement aux principes des droits de l’Homme et aux normes d’application du droit international. »

La résolution, non contraignante et non exécutoire, a été votée par 46 voix contre 12 (deux abstentions) par l’assemblée pendant une session se déroulant à Strasbourg.

L’objectif du rapport, a déclaré Lavie, est de « créer une image très négative d’Israël et d’influencer les députés européens, qui entraîneront ensuite leurs propres parlements à mettre en place des lois fondées sur ce rapport. »

Il « continue à soutenir une image très diabolisée d’Israël, qui est très éloignée de la réalité », a-t-elle déclaré.

Lavie est l’une des représentantes d’Israël au Conseil de l’Europe en tant qu’état non adhérent, et était à Strasbourg pendant le vote, où elle a essayé, avec le député de Koulanou Elie Alalouf, de convaincre les membres de rejeter le rapport et la résolution.