Le fils d’une victime du terrorisme a demandé dimanche à la police d’ouvrir une enquête sur le maire de Nazareth, après un récent évènement organisé dans la ville et soutenu par la municipalité qui rendait hommage à l’assassin de son père.

Le 10 décembre, Nazareth, la plus grande ville à majorité arabe d’Israël, a organisé « Nazareth lit », qui a vu des centaines d’enfants s’asseoir et lire dans une chaîne qui courrait de la place du Printemps de la Vieille Ville de Nazareth à l’église de l’Annonciation, selon Palestinien Media Watch, qui a été le premier à rapporter l’information en anglais.

L’événement rendait hommage au terroriste palestinien Baha Alyan, l’un des deux hommes qui avaient été les auteurs d’une attaque menée dans un bus dans le quartier Armon Hanatziv à Jérusalem, le 13 octobre 2015, ouvrant le feu et poignardant des passagers.

Trois personnes avaient perdu la vie lors de cet attentat. La police, arrivée sur les lieux, avait tué Alyan par arme à feu. L’autre agresseur, Bilal Abu Ghanem, avait été blessé par balle et arrêté.

Parmi les trois morts se trouvait Richard Lakin, militant de la paix et enseignant.

Le maire de Nazareth, Ali Salam (Crédit : Flash90)

Le maire de Nazareth, Ali Salam (Crédit : Flash90)

Son fils, Micah Avni, a écrit dimanche au chef de la police israélienne, Roni Alsheich, pour lui demander l’ouverture d’une enquête criminelle sur le maire de Nazareth, Ali Salam, « suite aux crimes de sédition, incitation au terrorisme, rassemblement illégal, abus de confiance et usage illégal de fonds publics, et suite au grave coup porté aux sentiments de la population et au respect de l’Etat. »

Avni a également demandé que la police enquête sur les organisateurs de l’évènement, dont ceux qui ont travaillé pour la municipalité, et sur Saeb Masawrah, un Nazaréen de l’association Inma pour la démocratie et le développement des capacités, qui a dirigé le projet.

En mars 2014, Alyan avait organisé un événement similaire avec une chaîne humaine de lecture autour des murs de la Vieille Ville de Jérusalem, auquel des milliers de personnes avaient participé, avait annoncé l’agence de presse palestinienne Maan.

Le site d'une attaque terroriste dans le quartier Armon Hanatziv à Jérusalem, qui a fait trois morts et 16 blessés, le 13 octobre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le site d’une attaque terroriste dans le quartier Armon Hanatziv à Jérusalem, qui a fait trois morts et 16 blessés, le 13 octobre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Masawrah, qui a eu l’idée de cette chaîne de lecture dans sa ville, a indiqué au site d’information arabe israélien Arab48 que « nous avons jugé utile de créer la plus grande et la plus longue chaîne de lecteurs dans la ville de Nazareth, afin de compléter le message du martyr Baha Alyan, qui s’est révélé à Jérusalem. Nous nous réunissons ici pour souligner notre unité en tant qu’Arabes partout, et nous transmettrons ce message dans toutes nos villes et dans tous nos villages arabes », selon une traduction effectuée par Palestinian Media Watch.

Des étudiants palestiniens de l’université de Birzeit, proche de Ramallah, avaient également organisé un événement similaire en février en mémoire d’Alyan.

Alyan avait déjà été honoré dans les écoles et par les scouts palestiniens.

Avni a fait campagne contre la glorification palestinienne de l’assassin de son père, ainsi que contre l’incitation à la violence sur les réseaux sociaux.