Quarante-huit heures avant le concert que donnera le groupe Radiohead à Tel Aviv, le leader du groupe et chanteur Thom Yorke — qui subit actuellement les attaques des militants pro-palestiniens en raison de sa décision de jouer en Israël – a reçu le soutien de l’ancien homme fort de R.E.M., le compositeur et interprète Michael Stipe.

« Espérons qu’un dialogue continue, aidant à faire cesser l’occupation et à amener à une solution pacifique », a posté Stipe sur Instagram, ajoutant qu’il soutenait la décision de Radiohead de maintenir le concert.

Yorke s’est trouvé dans l’obligation de se défendre et de défendre la décision du groupe de jouer au Parc Yarkon face aux féroces critiques d’une série d’artistes, notamment de l’ancien leader des Pink Floyd Roger Waters et plus récemment, du réalisateur britannique Ken Loach.

Tous ont tenté de faire pression sur le groupe britannique pour qu’il annule sa performance à Tel Aviv ainsi qu’une conférence programmée dans une université.

Des manifestants pro-palestiniens protestent contre le concert prévu par Radiohead à Tel Aviv alors que le groupe occupe la scène principale du festival TRNSMT de Glasgow, le 7 juillet 2017 (Crédit :  Andy Buchanan/Digital/AFP)

Des manifestants pro-palestiniens protestent contre le concert prévu par Radiohead à Tel Aviv alors que le groupe occupe la scène principale du festival TRNSMT de Glasgow, le 7 juillet 2017 (Crédit : Andy Buchanan/Digital/AFP)

Répondant à Loach, Yorke a déclaré mercredi que « jouer dans un pays n’est pas la même chose que soutenir son gouvernement. Cela fait 20 ans que nous jouons en Israël à travers une succession de gouvernements, certains plus libéraux que d’autres. Comme c’est le cas en Amérique. »

Le réalisateur Ken Loach s'exprime lors d'un rassemblement pour les droits des ouvriers à Londres (Crédit : CC BY 2.0 Bryce Edwards via Wikimedia Commons)

Le réalisateur Ken Loach s’exprime lors d’un rassemblement pour les droits des ouvriers à Londres (Crédit : CC BY 2.0 Bryce Edwards via Wikimedia Commons)

« Nous ne soutenons pas plus Netanyahu que Trump, mais nous jouons toujours en Amérique », a-t-il ajouté. « La musique, l’art, l’université doivent traverser les frontières et non les détruire, être des esprits ouverts et non fermés, partager l’humanité, le dialogue et la liberté d’expression. J’espère que cela explique, Ken ».

Loach lui-même a fait récemment l’actualité, un reportage disant la semaine dernière que tandis qu’il recommande aux autres le boycott d’Israël, ses films sont régulièrement diffusés au sein de l’Etat juif.