Cela pourrait bien être l’apogée de la saison de la migration de l’Europe vers l’Afrique entraînée par les grands froids, mais des dizaines de milliers d’oiseaux migrateurs ont choisi de rester dans le nord d’Israël durant les mois d’hiver plutôt que de continuer leur voyage.

Les scientifiques estiment qu’environ 42 500 grues cendrées sont restées cet hiver aux abords du lac d’Agamon dans la vallée de Hula, se nourrissant des cultures et nichant dans un lac artificiel.

Pour protéger les revenus des agriculteurs, le gouvernement nourrit les grues en leur laissant jusqu’à huit tonnes de maïs par jour.

Avec des centaines d’espèces d’oiseaux qui traversent la région chaque année, la Vallée de Hula en Israël est l’un des premiers sites d’observation des oiseaux dans un pays qui s’est taillé une réputation de lieu de pèlerinage pour les ornithologues.

La vallée de Hula est devenue un site d’observation des oiseaux par accident.

Drainée de ses nombreux marécages dans les années 1950, la vallée a été ré-inondée quatre décennies plus tard lorsque l’ONG KKL-JNF a réalisé que ce drainage avait endommagé l’éco-système local.

Les agriculteurs ont commencé à planter du maïs et des arachides dans ce sol rendu à nouveau humide – des mets de choix pour les grues.

Une grue grise vole au-dessus du lac Agamon dans la vallée de l'Houla au nord d'Israël alors que le soleil se lève, le 7 décembre 2016 (Crédit : AFP/Jack Guez)

Une grue cendrée vole au-dessus du lac Agamon dans la vallée de la Houla au nord d’Israël alors que le soleil se lève, le 7 décembre 2016 (Crédit : AFP/Jack Guez)

Lien entre les trois continents, avec une diversité climatique qui s’étend du désert aride au sud aux régions montagneuses et plus fraîches dans le nord, Israël attire annuellement 500 millions d’oiseaux de 550 espèces.

Le continent entier de l’Amérique du Nord, qui représente 1 000 fois la taille d’Israël, accueille à peine deux fois ce nombre d’espèces.