L’usine Brill, qui fournit des chaussures pour à l’armée israélienne depuis des décennies, a annoncé qu’elle fermera après avoir échoué à obtenir une autre année de commandes de l’armée.

Brill a informé à la Bourse mercredi qu’elle allait convoquer ses 100 employés, dont la plupart sont âgés de la cinquantaine, pour les signifier de leurs licenciements d’ici 30 jours.

L’usine, située à Rishon Lezion, a été aux prises ces dernières années pour empêcher la décision de l’armée de commander ses bottes des États-Unis dans le cadre d’une enveloppe de 3 milliards de dollars d’aide à Israël. Une clause de cette aide est que les trois quarts de l’argent doit être dépensé aux États-Unis, en dollars.

Brill, qui existe depuis la création de l’Etat d’Israël en 1948, a l’intention de continuer à négocier avec le ministère de la Défense dans l’espoir de le faire changer d’avis avant que l’usine ne ferme ses portes.

Des députés et des commissions de la Knesset ont essayé activement de reconduire le contrat de l’armée avec Brill – un membre de la Knesset a même à la tribune sa propre paire de bottes Brill – mais en novembre dernier, le ministère de la Défense a informé Brill qu’en raison des contraintes budgétaires, il ne renouvellerait pas sa commande annuelle de plus de 80 000 bottes pour 2014.

Le ministère de la Défense a défendu sa décision d’acheter des bottes de l’armée de l’étranger.

« Au cours des dix dernières années, le ministère de la Défense a acheté plus de 870 000 bottes de Brill pour l’armée israélienne, pour un coût total de 300 millions de shekels, » a indiqué le ministère dans un communiqué.

« Nous avons respecté toutes nos obligations envers l’usine Brill même quand il y avait de nombreux problèmes de qualité avec les chaussures et en dépit de l’offre alternative américaine pour des chaussures meilleures et moins chères. »