La branche armée du Hamas a lancé mercredi une mise en garde aux compagnies aériennes internationales utilisant l’aéroport de Tel-Aviv à partir de jeudi matin.

« Nous mettons en garde les compagnies aériennes internationales et les incitons à arrêter de se poser à Ben Gourion à partir de jeudi 06H00 », a dit dans une allocution télévisée Abou Obeida, porte-parole des Brigades al-Qassam. Il n’a pas précisé la nature de cet avertissement, mais l’aéroport a été la cible de tirs de roquettes du Hamas depuis le début de l’opération israélienne « Bordure protectrice » le 8 juillet.

Fin juillet, toutes les compagnies américaines et la plupart des compagnies européennes avaient interrompu leurs vols vers Tel-Aviv pendant quelques jours, craignant pour la sécurité des passagers après la chute d’une roquette à proximité de Ben Gourion.

La suspension des vols avait été saluée comme une « grande victoire » par le Hamas.

A plusieurs reprises, alors que Palestiniens et Israéliens négociaient au Caire la prolongation d’une trêve, les Brigades al-Qassam avaient menacé de s’en prendre à l’aéroport et promis de le « détruire ».

Le porte-parole d’al-Qassam a par ailleurs affirmé que son chef Mohammed Deif avait échappé à une tentative d’élimination israélienne menée mardi soir contre lui dans la bande de Gaza.

« L’ennemi sioniste a échoué dans son entreprise à tuer Abou Khaled », nom de guerre de Mohammed Deif, a-t-il dit.

Le raid a tué la femme et un fils de Mohammed Deif.

Le porte-parole d’al-Qassam a affirmé que les négociations pour un cessez-le-feu entre Israéliens et Palestiniens étaient terminées après ce raid.

L’initiative de cessez-le-feu était déjà « mort-née », et « aujourd’hui, elle a été enterrée avec le martyr Ali Deif », le fils de Mohammed Deif inhumé dans le camp de réfugiés de Jabaliya, a dit le porte-parole. « Nous appelons la délégation palestinienne à quitter immédiatement Le Caire et à ne pas y revenir », a-t-il ajouté.