La responsable de l’Union européenne pour la politique étrangère, Federica Mogherini, a déclaré mercredi qu’elle s’engageait à maintenir le Hamas sur sa liste des organisations terroristes.

S’exprimant lors d’une réception de Hanoukka à la Commission européenne à Bruxelles, Mogherini a prononcé un discours sur la nécessité de lutter contre l’antisémitisme, en soutenant que le monde a besoin d’apprendre des Maccabées.

Lors de son allocution, elle n’a pas mentionné l’arrêt de la Cour de justice de l’UE qui
a retiré, « pour des questions de procédure », le Hamas de sa liste des organisations terroristes.

Après son allocution, elle s’est entretenue avec le directeur général de l’Association européenne juive, le rabbin Menachem Margolin. Elle lui aurait indiqué qu’elle était inquiète suite à  la décision de la de la Cour parce qu’elle savait qu’elle pourrait blesser la communauté juive.

« Je lui ai demandé si elle avait vraiment vu le communiqué que sa porte-parole a envoyé en son nom, et elle a révélé que non seulement elle l’avait vu mais qu’elle en est à l’origine », a relaté Margolin au Times of Israel. « Elle m’a expliqué que nous ne pouvions rien faire en avance, mais qu’elle avait conscience que c’était une décision épineuse qui pourrait blesser les Juifs. Elle m’a aussi dit que ce n’était pas une décision politique et que de ce fait, elle ne pouvait rien faire contre. »

Mogherini a promis que l’UE ferait appel de la décision de la cour et a assuré que le Hamas sera de nouveau sur la liste noire, poursuit Margolin.

Plus tôt mercredi, la porte-parole de Mogherini, Iina Lietzen, a publié un communiqué de presse indiquant que la décision de la cour est « clairement basée sur des motifs procéduraux et il n’implique pas une évaluation sur le fond de la cour sur les raisons pour lesquelles le Hamas a été considéré comme une organisation terroriste ».

Les institutions de l’UE doivent « prendre des mesures correctives appropriées, y compris faire un appel éventuel de la décision», a déclaré Lietzen.

Jérusalem a réagi avec colère à la décision de la cour, demandant à l’UE de remettre rapidement le Hamas sur sa liste noire. Mercredi soir, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a accusé l’Union européenne d’être naïve et hypocrite, suggérant même que les Européens n’avaient pas tiré les leçons de l’Holocauste.