Federica Mogherini a mis en garde vendredi à Jérusalem contre le risque d’une nouvelle escalade de violence entre Israéliens et Palestiniens sans une reprise urgente des efforts pour résoudre le conflit.

« Si nous n’avançons pas sur le front politique, nous risquons de sombrer à nouveau dans la violence. Voilà pourquoi il y a urgence à avancer selon moi », a déclaré Mme Mogherini devant la presse lors de sa première visite en tant que chef de la diplomatie européenne, dans une période de vives tensions à Jérusalem-Est.

La partie palestinienne de la ville est le théâtre depuis l’été de troubles qui se sont intensifiés ces dernières semaines. Une personne, la dixième depuis juillet, est morte vendredi, succombant aux blessures causées mercredi par une attaque à la voiture bélier dont le terroriste palestinien a été abattu.

Mme Mogherini a ainsi critiqué la poursuite par Israël de la construction dans les Territoires palestiniens.

« Les nouvelles colonies sont un obstacle à nos yeux, mais à nos yeux aussi il y a, ou il peut y avoir, une volonté politique, ainsi que le ministre vient de le dire, de reprendre les discussions et notamment de veiller à ce que ces discussions produisent des résultats », a-t-elle dit.

Mme Mogherini faisait référence au chef de la diplomatie israélienne Avigdor Liberman, qui la recevait.