Le député israélo-arabe Mohammed Barakeh a déclaré mardi que le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’a aucune autorité sur la citoyenneté de la population arabe israélienne, pour la simple et bonne raison que Netanyahu vit en Palestine, pas en Israël.

Barakeh, chef du parti arabe Hadash, réagissait à la déclaration de Netanyahu lundi, selon laquelle les manifestants israéliens appelant à la création d’un Etat palestinien étaient invités à s’y installer.

« Vous ne pouvez pas annuler notre citoyenneté parce que nous sommes dans notre pays, la Palestine ; Netanyahu vit avec nous », a affirmé Barakeh lors d’un discours prononcé à Ramallah, selon la Dixième chaîne. « Notre patrie n’est pas un cadeau aux sionistes ».

Barakeh semble confondre les remarques de Netanyahu avec celles faites lundi par le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman, qui a réitéré son appel à une grande partie de la population arabe israélienne à faire partie d’un futur Etat palestinien. Netanyahu n’a nullement affirmé que ceux qui choisissent l’Etat palestinien se verraient retirer leur citoyenneté.

Le Premier ministre a fustigé lundi les violents manifestants anti-Israël qui se sont affrontés à plusieurs reprises avec la police dans un certain nombre de villes arabes depuis samedi.

« A tous ceux qui vocifèrent et manifestent contre Israël – vous êtes invités à déménager dans l’Autorité palestinienne ou à Gaza, Israël ne vous en empêchera pas», a déclaré Netanyahu au début de la réunion hebdomadaire du Likud.

Les propos du Premier ministre font suite à trois jours de troubles à Jérusalem et au nord d’Israël, après qu’un officier de police a abattu un homme de Kafr Kanna muni d’un couteau.

« Mais quiconque reste ici doit le savoir – nous barrerons la route des terroristes et des assaillants », a déclaré Netanyahu. « J’ai donné des instructions pour utiliser tous les moyens mis à notre disposition, y compris l’adoption de nouvelles lois, la destruction des maisons des terroristes et d’autres mesures. »

Les manifestants ont brandi des drapeaux palestiniens et appelé à la destruction d’Israël dans un certain nombre de villes arabes israéliennes.

Liberman a déclaré lundi que les habitants arabes du nord d’Israël ne resteraient pas des citoyens israéliens si un accord était conclu sur un Etat palestinien.

« Les résidents du Triangle doivent comprendre que s’il y a un accord, ils ne seront pas des citoyens de l’Etat d’Israël, » a-t-il affirmé, se référant à l’ensemble des villes arabes du nord d’Israël jouxtant la Ligne verte.

« Vous ne pouvez bénéficier de l’Institut national d’assurance, de l’allocation-maladie et de chômage, tout en manifestant contre l’Etat. Je pense que cela est clair aujourd’hui – ils doivent être de l’autre côté de la frontière. »

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.