Israël a dit mercredi n’avoir aucune intention d’autoriser les juifs à prier sur le mont du Temple à Jérusalem-Est, tentant de couper court à des informations contraires qui suscitent l’inquiétude dans le monde musulman.

“Il n’y a aucune intention de modifier le statu quo sur le mont du Temple », a dit un membre du cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu sous le couvert de l’anonymat.

Les tensions accrues des derniers mois à Jérusalem ont avivé la crainte, toujours présente chez les musulmans, qu’Israël ne change les règles régissant le mont du Temple. Cette inquiétude a été renforcée tout récemment par la publication d’articles sur une possible nouvelle législation en ce sens.

Les juifs ont le droit de se rendre sur le site à certaines heures et sous stricte surveillance, mais n’ont pas le droit d’y prier.

Le quotidien israélien Haaretz rapportait mercredi que le gouvernement jordanien avait demandé cette semaine à Israël des clarifications sur une proposition de loi qui permettrait aux juifs de prier sur le site.

La Jordanie contrôle la fondation islamique qui gère le site.

En fait, a dit un responsable jordanien sous le couvert de l’anonymat, c’est à plusieurs reprises que l’ambassadeur de Jordanie en Israël « a demandé des clarifications sur des mesures israéliennes et sur des violations commises à Al-Aqsa et à Jérusalem ».

Il l’a fait à nouveau il y a plusieurs semaines « et a reçu une réponse du cabinet du Premier ministre israélien lui disant qu’il n’y avait aucune intention de modifier le statu quo », a dit ce responsable jordanien à l’AFP.