Mohammed Taha, l’un des membres fondateurs du Hamas, est mort au cours de la nuit, ont rapporté des sources médicales de Gaza.

Taha, 77 ans, est mort dans un hôpital de Deir al-Balah, après avoir subi des complications cardiaques à son domicile dans le camp de réfugiés de Bureij dans la bande de Gaza, selon des rapports. La cause de sa mort n’est cependant pas encore claire.

Un compte Twitter affilié à la branche armée du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, a confirmé la mort de Taha sur les médias sociaux, en disant que le fondateur du groupe est décédé à 77 ans après une « longue maladie ».

Taha est né en 1937 dans la Palestine du mandat britannique, dans le village de Yibna, et a fondé le mouvement Hamas en 1987 avec le chef spirituel du groupe islamiste, le cheikh Ahmed Yassine.

Taha a été blessé et arrêté par Israël en 2003. Il a été libéré en 2004 après avoir été détenu sans procès. Il avait cinq fils, qui ont tous été des responsables du Hamas.

Le fils de Taha, Ayman, était un porte-parole et une figure de proue du groupe terroriste islamiste au pouvoir à Gaza, mais il a été arrêté par le Hamas sur des soupçons de faute, de spéculation illégale et d’abus de confiance en février de cette année.

Ayman Taha a été tué dans la bande de Gaza pendant le conflit de l’été dernier avec Israël, mais des rapports contradictoires font savoir qu’il a été soit tué lors d’une frappe aérienne israélienne soit exécuté par un peloton d’exécution du Hamas.