Charlie Aboutboul, considéré comme un des patrons de la pègre israélienne, est décédé jeudi après-midi des suites d’une blessure par balle subie à son domicile de Netanya, station balnéaire proche de Tel Aviv, selon la police.

La victime, âgée d’une soixantaine d’années, qui avait échappé dans le passé à plusieurs tentatives d’assassinat, devait purger prochainement une peine de prison de 16 mois pour tentative de kidnapping. Il était assigné à résidence avant l’application de la peine.

Selon la radio publique, il se serait suicidé chez lui avec une arme à feu mais la police poursuit son enquête.

La femme et le fils de Charlie Aboutboul se trouvaient dans la villa familiale au moment de l’incident, selon les médias locaux.

Originaire d’Afrique du Nord et implantée à Netanya, la famille Aboutboul a fait la une à maintes reprises ces dernières années en Israël, notamment avec la condamnation en 2009 à 13 ans de prison d’Assi Aboutboul, un neveu de Charlie.

Assi avait succédé à la tête du clan à son père Félix Aboutboul, assassiné en août 2002 devant un casino qu’il possédait dans le centre de Prague, en République tchèque.

En juillet 2011, un autre neveu de Charlie Aboutboul, François, avait été assassiné par des membres d’une bande rivale.

Deux fils de Charlie Aboutboul, François et Aviv, purgent par ailleurs des peines de prison.

Israël est le théâtre ces dernières années d’une féroce bataille de gangs dans laquelle seraient impliquées plusieurs familles mafieuses, dont les Aboutboul.

« Cette famille est sur le déclin depuis la mort de Félix mais était encore active dans la criminalité notamment dans le racket. Toutefois, leurs affaires avaient périclité », a déclaré Serge Dumont, journaliste israélo-belge spécialiste du crime organisé israélien et récent auteur d’une enquête intitulée L’histoire vraie de la mafia israélienne.

Selon lui, Charlie Aboutboul, déjà emprisonné à plusieurs reprises, était déprimé et la thèse du suicide n’est pas à exclure.

Il avait été gravement blessé lorsqu’il avait été la cible d’un tueur dans un restaurant de Netanya en 2008.

Confrontée aux exactions des clans mafieux, la police israélienne a créé fin 2006 un département spécial, « l’unité 443 », pour lutter contre le crime organisé.

Une dizaine d’Israéliens ont été tués ou blessés ces dernières années notamment à Tel Aviv, Netanya et Bat Yam, hauts lieux du crime organisé en Israël, lors de règlements de comptes.