Moshe Yaalon a été accueilli jeudi par son homologue suisse Guy Parmelin avec les honneurs militaires, rapporte le site 24 heures.

Les deux pays entretiennent un dialogue continu notamment en matière de sécurité.

La Suisse a d’ailleurs acheté six drones de surveillance israéliens, une opération controversée dont le coût avait été estimé à quelque 230 millions d’euros. 

Cet achat avait suscité de vives critiques de la part de l’opposition, accusant l’État hébreu de « violations systématiques des droits de l’Homme ».

Guy Parmesan qui est rentré en fonction début janvier accueille pour la première fois une visite officielle d’un ministre étranger.

Selon un expert suisse, bien que l’entente entre les deux pays soit avérée, la coopération militaire est aujourd’hui limitée. Cette collaboration prospérait entre les années 1960 et 1980.

La Suisse continue à investir dans l’armement israélien. Selon le Département fédéral de la défense (DDPS), la Suisse a acheté pour un montant de 71 millions de francs suisse de matériel israélien en 2015.