Les journaux européens ont souligné lundi la percée inquiétante du Front national au premier tour des élections municipales en France, dont le « bond historique » doit tenir lieu de « signal pour l’Europe ».

La presse italienne s’inquiète de cette « poussée populiste », et analyse ses conséquences pour l’Europe, les grands quotidiens mettant en avant la réussite personnelle de la présidente du FN, Marine Le Pen, qui « a accompli le chef d’oeuvre politique que son père avait échoué à réaliser », écrit le Corriere della Serra.

« Elle a atténué l’argumentaire xénophobe et raciste et su rejoindre les inquiétudes des citoyens face à une Europe lointaine, méconnaissable par rapport aux idéaux qui l’ont fondée », commente le journal qui voit dans ce « bond » accompli par elle « une secousse populiste » et « un signal pour l’Europe », à quelques semaines des élections européennes

« Le triomphe de la dame en noir ouvre la voie aux eurosceptiques », titrait la Stampa.

La Repubblica insiste sur « la gifle à Hollande », de même qu’en Allemagne le quotidien libéral Frankfurter Allgemeine Zeitung titrait sur « la défaite sensible » des socialistes du président Hollande.

Pour l’hebdomadaire Der Spiegel, « le Front National s’autocélèbre en tant que troisième force », une « baffe » « baffe » pour le président français

Les journaux britanniques constantent eux que la France bascule à droite, mettant l’accent sur l’expression du mécontentement des Français envers le gouvernement socialiste

Le correspondant de BBC Radio Four en France, Christian Fraser relevait le sentiment général dans l’électorat que « les socialistes ne sont pas allés assez loin, ou pas assez vite » notamment concernant le chômage, le coût du travail, la réduction de la dette, et prédisait un inévitable « remaniement gouvernemental dans les prochaines semaines ».

Le Daily Telegraph titrait, lui, sur la satisfaction de Marine Le Pen, forte d’un score « historique ».

Même constatation en Espagne, où El Pais évoquait un bond « historique » du FN grâce « au message populiste et antisystème renouvelé par Marine Le Pen ».

Pour quotidien Belge Le Soir : « Il n’y aura pas eu de surprise. Les deux craintes que l’on pouvait nourrir depuis des semaines se sont vérifiés. L’abstention et l’extrême droite sont les deux grands vainqueurs du premier tour des municipales ».

La journaliste Joëlle Meskens se demande si les élus de droite « céderont à la tentation de pactiser avec le Front national ». « Perdre des villes est une chose. Prétende les gagner dans le déshonneur en serait une autre, bien plus grave encore », conclut-telle.