Plusieurs responsables des communautés musulmanes et juives de France se sont inquiétés jeudi de « l’escalade » du confit entre Israéliens et Palestiniens et ont appelé le gouvernement français à peser sur la situation.

Le recteur de la Grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a souhaité dans un communiqué « la cessation immédiate de cette escalade meurtrière ». Il a également demandé « aux instances nationales et internationales d’oeuvrer au plus vite pour un retour au calme » et a annoncé qu’une prière pour les morts serait célébrée vendredi à la Grande mosquée de Paris.

Si Dalil Boubakeur s’est gardé de désigner des responsables, l’Union des organisations islamiques de France (UOIF, liée aux Frères musulmans) a « condamné avec la plus grande fermeté les attaques sanglantes du gouvernement israélien contre les territoires palestiniens » et a appelé « le gouvernement français à jouer de tout son poids pour une sortie de ce conflit ».

A l’inverse, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a appelé « le gouvernement français à condamner la politique terroriste du Hamas, seul responsable de la dégradation inquiétante de la situation ». L’Etat d’Israël ne fait, selon lui, « que défendre légitimement sa population ».

Le président François Hollande a pour sa part exprimé mercredi soir la « solidarité de la France » à Israël face aux attaques à la roquette en provenance de Gaza.

Les écologistes français ont reproché jeudi au chef de l’Etat français son soutien au Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, fustigeant « la politique de représailles menée par Israël » qui « frappe aveuglément les populations civiles palestiniennes ».

La France compte les plus importantes communautés juive (500 000 personnes) et musulmane (entre 3,5 et 5 millions) d’Europe.

Les regains de tensions au Proche-Orient suscitent toujours des inquiétudes car ils sont souvent suivis d’une recrudescence des actes antisémites, selon le service de protection de la communauté juive.

Israël a déclenché dans la nuit de lundi à mardi une offensive aérienne contre le Hamas pour stopper les tirs nourris de roquettes à partir de Gaza. Les raids ont fait 75 morts palestiniens, selon des sources médicales palestiniennes.