Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a dénoncé dimanche Israël comme un « ennemi permanent » des Arabes, et a violement attaqué l’Arabie saoudite en pleine querelle continue entre son organisation chiite pro-iranienne, et le royaume du Golfe dominé par les sunnites.

« Oh sionistes, si un régime arabe vous soutient, il tombera avec vous, » a-t-il déclaré, selon une traduction de ses paroles par le média du Hezbollah, al-Manar.

« La présence d’Israël ne deviendra jamais normale et il ne peut pas être un allié des Arabes alors qu’il est le terrorisme lui-même, a-t-il été cité. Aucun régime arabe ne sera capable de normaliser ses relations avec Israël, ni la Maison des Saoud, ni personne. »

Dans la diffusion télévisée, qui devait marquer une semaine depuis les funérailles de l’un des hauts commandants du groupe, Ali Fayyad, près de la ville syrienne transformée en champ de bataille d’Alep, Nasrallah a défendu son groupe chiite contre les critiques répandues au Liban et dans le monde arabe sur son allégeance aux ayatollahs qui dirigent l’Iran, et à son combat au nom d’Assad dans la guerre civile syrienne.

Il a défendu le Hezbollah comme défenseur du Liban contre Israël, critiquant les régimes arabes sunnites qui auraient échoué à protéger le pays.

L’Arabie saoudite et d’autres États du Golfe ont placé le Hezbollah sur la liste noire des groupes terroristes la semaine dernière pour « actes terroristes et incitation en Syrie, au Yémen et en Irak », suscitant des critiques de l’organisation et de son patron l’Iran, qui ont accusé les Saoudiens de soutenir les « terroristes » en Syrie et ailleurs.

Nasrallah a remercié ceux qui ont soutenu le Hezbollah dans la dispute, déclarant que « la réaction arabe populaire » à la mesure saoudienne « défie la politique et les médias takfiri [apostat] et la finance dans la région », et « envoie un message clair à Israël. »

« Ce qui protège ce pays est son armée, son peuple et sa résistance, et ceux qui attendent que la Ligue arabe ou que le consensus arabe puissent empêcher Israël d’attaquer le Liban se font des illusions, » a-t-il déclaré, dans une remarque perçue comme une réponse aux sunnites et d’autres au Liban qui critiquent régulièrement le groupe chiite pour entraîner leur pays dans les guerres par procuration de l’Iran en Syrie et contre Israël.

« Les vrais défenseurs des intérêts libanais, » a déclaré Nasrallah, sont ceux qui combattent les jihadistes sunnites de l’Etat islamique et du Front al-Nosra, affilié d’al-Qaeda, en Syrie.

Citant un assaut jihadiste au Yémen qui s’est déroulé durant le week-end dans lequel quatre nonnes et 12 autres personnes ont été massacrées dans une structure de soin, Nasrallah a demandé « Que serait-il arrivé au Liban si les terroristes avaient gagné en Syrie ? »