Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a déclaré dimanche que « l’axe de la résistance » anti-israélienne et le régime du président syrien Bashar el-Assad allaient l’emporter dans le conflit en Syrie.

A moins de 10 jours de l’élection présidentielle syrienne qui devrait voir la reconduction de Assad, Nasrallah a également assuré que les « intimidations et les railleries » de l’étranger n’empêcheraient pas le scrutin.

« La Syrie va triompher et l’axe de la résistance va triompher », a affirmé le chef du Hezbollah, dont les combattants luttent avec l’armée contre les rebelles en Syrie, dans un discours à l’occasion du 14ème anniversaire du retrait israélien du Sud-Liban.

Comme Assad, le Hezbollah explique se battre en Syrie contre des « terroristes » soutenus par l’étranger.

Le Hezbollah a envoyé des milliers de combattants soutenir l’armée du régime en Syrie, expliquant former ainsi un axe de résistance contre Israël et l’Occident.

Evoquant l’élection présidentielle du 3 juin en Syrie, Nasrallah a affirmé : « Les intimidations et les railleries de ceux qui s’appellent les amis de la Syrie ne pourront empêcher ou stopper » la tenue du scrutin.

L’opposition en exil et plusieurs pays la soutenant ont qualifié l’élection de « farce ». Le scrutin n’aura lieu que dans les zones contrôlées par le régime et en vertu d’une loi qui a empêché toute candidature dissidente au régime et exclut du vote les réfugiés ayant fui les violences.

Depuis mars 2011, le conflit syrien a fait plus de 162 000 morts, selon une ONG syrienne, et poussé près de la moitié des habitants à quitter leur foyer. Plus d’un million d’entre eux se sont réfugiés au Liban, où la plupart survivent dans des camps officieux insalubres.