L’État islamique a publié samedi des photos des enfants équipés de fusils d’assaut AK-47, assemblant des armes dans le cadre d’une formation, le camp d’entraînement des « Jeunesses du califat » près de Damas, en Syrie.

Sept images ont été distribuées à travers les plates-formes de médias sociaux, y compris Twitter et les forums djihadistes, montrant un groupe d’adolescents portant des masques et des treillis militaires, accroupis en position de tir.

L’exploitation par l’État islamique d’enfants pour la guerre et à d’autres fins a été documentée dans un rapport de l’ONU en novembre intitulé « Règle de la Terreur : vivre sous l’Etat islamique en Syrie ».

Selon le rapport, le groupe djihadiste a « instrumentalisé et abusé des enfants sur une échelle systématique, » les utilisant dans des rôles de combat, d’espions, de gardes, cuisiniers, de médecins et même d’attentats-suicides.

« J’ai vu au moins 10 membres armés de l’EI âgés de 13-14 ans, » a déclaré une personne anonyme interrogée en Syrie aux enquêteurs de l’ONU.

«Ces garçons ont servi de gardes au siège de l’EI et aux points de contrôle. Ils étaient armés de Kalachnikov et de grenades » a-t-il assuré.

Le rapport observe que les adolescents ont été les victimes, les témoins et les auteurs d’exécutions publiques et détaille un compte-rendu au sujet d’un garçon de 16 ans qui aurait égorgé les deux soldats syriens capturés dans la base aérienne de Tabqa à la fin août 2014.

Le document note que « l’EI a établi une priorité sur les enfants comme moyen d’assurer la loyauté à long terme » et qu’en leur inculquant une adhésion stricte à l’idéologie djihadiste, le groupe terroriste cherche à former un « cadre de combattants dévoués qui verra la violence comme mode de vie ».

En juin, l’organisme de veille Human Rights Watch avait, lui aussi, dans un rapport fait savoir que l’État islamique et d’autres groupes armés en Syrie recrutaient des enfants aussi jeunes que 13 ans, les formaient aux armes et les envoyaient au combat.

Ils ont été affectés aux mêmes fonctions militaires que les adultes ; les enfants comme les adultes sont missionnés pour des attaques suicides.

Depuis 2013, l’EI a impitoyablement taillé de larges pans de la Syrie et de l’Irak pour la création de ce qu’il appelle son califat islamique, amenant des condamnations de toutes parts pour sa brutalité, ses massacres de civils et l’exécution de captifs, y compris certains otages occidentaux.

Jusqu’à présent, 200 000 personnes sont mortes au cours de trois années de guerre civile en Syrie, selon l’Observatoire syrien pour les droits de l’homme.