Pour de nombreux olim [nouveaux immigrants], la décision relève d’une réflexion idéologique et économique : la participation au projet sioniste, et l’attirance pour l’économie en pleine croissance de l’État juif. Désormais, l’une des organisations qui facilite l’alyah tente de rapprocher ces deux éléments dans un programme destiné à octroyer des bourses et un soutien marketing aux nouveaux immigrants orientés vers l’entrepreneuriat.

Nefesh B’Nefesh – une organisation qui « revitalise l’alyah d’Amérique du nord et du Royaume-Uni, en minimisant les obstacles financiers, professionnels et sociaux de l’alyah » – s’est associée au Keren Kayemet Le’Israel (KKL) et à la fondation Avram and Sharon Blumenthal and Family pour lancer le projet intitulé ‘Initiative for Zionist Innovation’.

« L’Initiative for Zionist Innovation a été créée afin de donner aux olim des moyens d’action pour prendre leurs idées créatives, via l’innovation sociale et commerciale, et d’en faire une réalité », a déclaré Zeev Gershinsky, vice-président exécutif de Nefesh B’Nefesh.

« Nous voudrions aider et soutenir les olim qui font une différence pour eux-mêmes, pour leurs pairs et pour la communauté en Israël », a-t-il dit.

Dans un communiqué, Nefesh B’Nefesh a déclaré être « à la recherche de la nouvelle génération de dirigeants et d’innovateurs qui veulent changer le visage du sionisme et d’Israël ».

Pour être éligible aux bourses de l’IZI, les candidats doivent avoir immigré avec Nefesh B’Nefesh avant le 30 novembre 2017. Les candidats doivent présenter un business plan basique et un cahier des charges dans leur candidature.

Cette initiative espère attirer des candidats « passionnés par leur contribution à l’histoire du sionisme pour poursuivre leurs idées novatrices commerciales et sociales, et qui impacteront et amélioreront Israël et la société israélienne dans son ensemble », peut-on lire dans le communiqué.

L’organisation a indiqué être prête à verser jusqu’à 50 000 dollars par projet sélectionné.

NEfesh B’Nefesh se félicite de fournir un réseau de soutien solide aux nouveaux israéliens, soulignant que 90 % des 50 000 immigrants qu’il a aidés sont restés en Israël. L’organisation perçoit ce nouveau projet comme un prolongement de sa mission.

« Inspirée par les premiers sionistes, et associée aux ressources d’aujourd’hui, notre nouvelle initiative espère avoir un impact sur le futur d’Israël », a déclaré Gershinsky.