Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été en contact avec une multitude de leaders mondiaux depuis le début de l’opération Bordure protectrice. Chacun d’entre eux soutiennent le droit d’Israël de se défendre contre les attaques de roquettes de Gaza. Cependant, il n’a pas toujours parlé au président américain Barack Obama à l’heure qu’il est (jeudi après-midi en Israël).

Selon des responsables, depuis l’embrasement avec Gaza, Netanyahu a eu une conversation téléphonique avec le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-Moon, le Premier ministre britannique David Cameron, la Chancelière allemande Angela Merkel, le président François Hollande et le Premier ministre canadien Stephen Harper.

Netanyahu a aussi contacté le secrétaire d’Etat américain John Kerry, mais n’a toujours pas eu de contact avec les hauts responsables de la maison blanche, dont Barack Obama ou le conseiller au Moyen-Orient Philip Gordon, précise un responsable du bureau du Premier ministre.

Gordon, le conseiller spécial d’Obama et le coordinateur de la Maison Blanche au Moyen-Orient, était en Israël et en Cisjordanie au début de cette semaine. Selon le porte-parole du département d’Etat, Jen Psaki, Gordon a rencontré « les principaux décideurs des deux côtés ».

Il s’agit notamment du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas ; toutefois, aucune rencontre avec Netanyahu n’a été demandée. Gordon a rencontré ses homologues de l’équipe de sécurité nationale israélienne indique un responsable.

Dans les conversations de Netanyahu avec les leaders mondiaux, qui ont été souvent mais pas toujours initiées par Jérusalem, la communauté internationale a condamné les attaques de roquettes de la bande de Gaza et a affirmé le droit d’Israël de se défendre.

Cameron, par exemple, a « fermement condamné les attaques épouvantables menées par le Hamas contre les civils israéliens ». Il a assuré à Netanyahu du « soutien indéfectible [de Londres] à Israël face à de telles attaques, et a souligné le droit d’Israël à se défendre contre elles », selon à un communiqué publié par son bureau.

Selon le site officiel d’Harper au canada, le Premier ministre « réitère le soutien indéfectible du Canada à Israël et son droit de se défendre contre ces attaques terroristes ». Il a convenu avec Netanyahu que « le Hamas doit cesser ses attaques ciblées contre des citoyens israéliens ».

Mercredi, le ministre des Affaires étrangères d’Ottawa, John Baird, a tweeté des messages de soutien à Israël tout en lançant des appels au gouvernement palestinien à agir pour mettre fin aux tirs de roquettes.
John Baird : Le nouveau gouvernement palestinien doit exercer son autorité à #Gaza et mettre immédiatement aux attaques de roquette sur #Israel.

Son ambassadrice en Israël, Vivian Bercovici, a retweeté son message et a elle aussi tweeté des messages de soutien.

Vivian Bercovici : Les roquettes de Gaza continuent de viser des civils israéliens. #OpérationBordureProtectrice

Vivian Bercovici : Israël a lancé une action militaire à Gaza en réponse aux volées de roquettes qui visent les civils israéliens depuis des semaines #OpérationBordureProtectrice

L’ambassadeur australien à Tel Aviv, Dave Sharma, a été très actif sur twitter. Il a condamné les attaques de roquettes sur Israël et a posté des photos du personnel de l’ambassade dans un abri après une attaque de roquette.

Dave Sharma : Condamne les volées de roquettes de gaza de cette nuit qui visent et terrorisent les civils. Appelle au calme et à la fin de la violence.

Dave Sharma : Se prépare avec les enfants à une autre soirée de roquettes, comme c’est le cas pour des millions de personnes en Israël

Dave Sharma : Le personnel de l’ambassade dans un abri, après la seconde attaque de roquettes sur Tel Aviv ce matin

Dan Shapiro, l’ambassadeur américain en Israël, a retweeté un post sur le Dôme de fer, le bouclier anti-missile financé par les américains, ainsi qu’un extrait du discours de Gordon mardi à Tel Aviv.

Dan Shapiro : Le coordinateur du Moyen-Orient à Tel Aviv mardi :
« Ces derniers jours, le Hamas et les autres groupes terroristes ont lancé des dizaines d’attaques de roquettes sur les villes et villages israéliens, obligeant les locaux à se réfugier dans des abris ».

« Les Etats-Unis condamnent fermement ces attaques. Aucun pays ne devrait vivre sous une menace constante contre ses civils innocents. Nous soutenons le droit d’Israël de se défendre contre ses attaques ».

« Dans le même temps, nous apprécions l’appel du Premier ministre à agir avec responsabilité. Nous, à notre tour, appelons les deux parties à faire ce qu’ils peuvent pour instaurer le calme et de prendre des mesures pour protéger les civils ».

Jeudi, le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman a envoyé une lettre à ses homologues de tous les pays avec lesquels Israël entretient une relation diplomatique. Il explique que l’objectif du gouvernement lors du lancement de l’opération Bordure protectrice est de garantir aux Israéliens « une vie sans menace constante» et que, tout en espérant éviter une escalade, le gouvernement fera ce qu’il faut pour atteindre cet objectif.

« Au cours de ces trois dernières semaines, l’organisation terroriste du Hamas a intensifié ses attaques contre les civils israéliens, lançant près de 300 roquettes sur nos villes – y compris Jérusalem, Tel-Aviv, et d’autres grandes régions métropolitaines – mettant en danger des millions de vies israéliennes», a écrit Liberman.

«Les familles ont été obligées d’aller dans des abris, les camps d’été pour les enfants sont fermés et toutes les activités quotidiennes ont été touchées. Cette situation est inacceptable ».

Jérusalem a montré « une grande retenue » avant de lancer l’opération, poursuit le ministre des Affaires étrangères, affirmant que le gouvernement était désireux de rétablir le calme, sans entrer dans une campagne militaire de grande envergure.

« Cependant, les efforts répétés d’Israël pour ramener le calme ont été reçus avec une augmentation des tirs de roquettes de la part de ce qui est en train de devenir l’Etat terroriste du Hamas ».

Israël a été contraint de lancer « une opération d’auto-défense » dont l’objectif est d’assurer à la population civile israélienne « une vie sans menace constante», écrit-il. «Même si nous ne voulons pas d’une escalade, nous ferons tout ce qui est nécessaire pour défendre nos citoyens ».

Il décrit le Hamas comme une organisation terroriste internationalement reconnue, qui vise à établir un « Etat islamiste caractérisé par des violations des droits de l’homme, la répression violente des minorités, des femmes et des non-musulmans ». Le groupe utilise les civils palestiniens comme boucliers humains, ce qui est un crime de guerre, et donc « porte l’entière responsabilité pour tout dommage qui survient aussi bien aux civils israéliens et palestiniens », a écrit Liberman.

« Israël opère avec le plus grand soin pour éviter les victimes civiles. Nous nous concentrons pour cibler le Hamas et d’autres organisations terroristes, leurs agents et leurs infrastructures. Israël donne des avertissements répétés aux civils pour qu’ils quittent les zones qu’il va sur cibler, on utilise une technologie de frappe permettant de localiser minutieusement et uniquement l’infrastructure ciblée ».

Le ministre des Affaires étrangères exige que l’Autorité palestinienne démantèle le gouvernement d’unité soutenu par le Hamas et appelle les dirigeants du monde à condamner les tirs continus de roquettes de partir de Gaza sur Israël. « Enfin, la communauté internationale doit continuer à faire preuve de compréhension envers Israël qui exerce son droit légitime à l’autodéfense», conclut-il dans sa lettre.

Liberman doit tenir une réunion d’information avec les ambassadeurs étrangers en poste en Israël au sujet de la situation jeudi après-midi.