Benjamin Netanyahu a accusé jeudi les médias israéliens de mener une campagne visant à le renverser.

Le Premier ministre, qui s’adressait devant son parti, le Likud, a parlé en réaction à l’union, mercredi soir, du Parti travailliste et du parti Hatnua de Tzipi Livni en vue des élections de mars 2015.

« Il y a une énorme campagne médiatique, sans précédent, à l’appui de tous les hommes politiques qui sont contre moi, » a déclaré M. Netanyahu.

« L’objectif mené est de transférer le pouvoir à la gauche, » a déclaré le Premier ministre, en se référant au bloc de centre-gauche forgé par Livni et le chef du parti travailliste Isaac Herzog, qui devrait gagner 23 sièges dans les élections à venir. Il n’a pas précisé à quels organes médiatiques il faisait allusion pour porter la gauche au pouvoir pour la première fois en près de 14 ans.

« Qui va diriger le pays ? Des candidats de gauche qui se multiplient ? Ou le Likud sous ma direction ?» a lancé Netanyahu. « La gauche nous a unis. »

Les remarques de Netanyahu viennent après les accusations envers Yair Lapid et Tsipi Livni qui auraient, d’après lui, comploté pour orchestrer un «putsch» destiné à le renverser.

Lapid, qui dirige le parti centriste Yesh Atid, a également commenté la fusion Labor-Livni en affirmant qu’elle « nettoyait et organisait le système politique. »

« Il y a Meretz et les travaillistes sur la gauche et sur la droite il y a le Likud et Bennett [le leader de HaBayit HaYehudi] qui vont être dans la droite radicale, » a-t-il affirmé. « Les élections à venir ne seront pas entre droite et gauche, mais entre droite et centre. Le centre offre un changement pour l’Etat d’Israël, pour l’économie d’Israël, et j’appelle donc chacun à aller voter. »

Livni et Herzog ont annoncé la fusion entre leurs partis mercredi, dans le but d’établir un grand bloc politique de centre-gauche afin d’évincer Netanyahou aux élections prévues le 17 mars 2015. En cas de victoire, les deux partageraient le poste de Premier ministre en rotation, avec Herzog comme Premier ministre pour les deux premières années et Livni au cours des deux dernières années.

Alors que la fusion Herzog-Livni n’attirera pas les électeurs de droite, elle constitue un appel du pied aux électeurs de Yesh Atid et de l’ancien ministre Likud Moshé Kahlon. Il est difficile de prévoir quel effet cette fusion aura avec Liberman, qui est normalement associé à la droite, et sur les partis de Yair Lapid et de Moshe Kahlon.

Un sondage de la Dixième chaîne mardi indique que le parti travailliste pourrait devenir le plus grand parti de la Knesset avec Hatnua et le parti Kadima de Shaul Mofaz. Il remporterait alors 22 sièges par rapport à un Likud à 20. Toutefois, l’enquête a indiqué qu’il serait plus facile à la droite israélienne de former une coalition que la gauche.

Dans cette enquête, 22 % des répondants citent Herzog comme Premier ministre préféré, avec Netanyahu se situant à juste un point d’avance, à 23%.