Le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait reporté une réunion de la commission de planification des implantations à la demande de l’administration Trump, dont l’envoyé pour la paix au Moyen Orient doit rencontrer cette semaine les dirigeants israéliens et palestiniens.

Pendant la réunion du cabinet de sécurité de dimanche, Netanyahu a dit aux ministres que la réunion de la Commission de planification de l’Administration civile serait décalée d’une semaine ou deux pour éviter d’irriter la Maison Blanche pendant la visite de Jason Greenblatt, a annoncé le site d’information Ynet.

Les réunions de la commission ont déjà été décalées plusieurs fois avant des évènements diplomatiques sensibles, à la demande de l’administration Trump. Récemment, la commission a reporté l’annonce du programme de sa prochaine réunion, qui devait être publié à la veille de la rencontre entre Netanyahu et le président américain Donald Trump à New York la semaine dernière, a indiqué le quotidien Haaretz.

Le voyage de Greenblatt a lieu moins d’une semaine après que Trump a rencontré séparément Netanyahu et le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas à New York, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies. La Maison Blanche a annoncé dimanche que cette visite a pour objectif de « poursuivre le chemin de la paix. » et fait « partie des discussions discrètes et régulières de l’administration vers la paix. »

Jason Greenblatt, conseiller du président américain Donald Trump, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Jérusalem, le 13 mars 2017. (Crédit : Matty Stern/ambassade américaine de Tel Aviv)

Jason Greenblatt, conseiller du président américain Donald Trump, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Jérusalem, le 13 mars 2017. (Crédit : Matty Stern/ambassade américaine de Tel Aviv)

De précédentes annonces de nouvelles constructions dans les implantations avaient entraîné des tensions entre Jérusalem et Washington, notamment pendant une visite en Israël de Joe Biden, alors vice-président des Etats-Unis, en 2010.

Même si l’administration Trump a évité de critiquer les annonces de construction dans les implantations, Netanyahu a dit en mars qu’Israël limiterait ces constructions, en guise de geste de bonne volonté à l’égard de Trump.

Pendant sa prochaine réunion, la commission doit proposer des projets de construction de quelque 2 000 logements, notamment en publiant des appels d’offre pour la construction immédiate de plusieurs maisons à Beit El, qui ont été promises par Netanyahu après la démolition de plusieurs structures de l’implantation en 2012, a annoncé Haaretz.

Même si Trump a réitéré sa volonté de faciliter un accord de paix pendant ses rencontres avec Netanyahu et Abbas la semaine dernière, il n’a pas parlé en public de la question des implantations, qui est, pour les Palestiniens, un obstacle majeur à la conclusion d’un accord.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.