Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a balayé les menaces de dissolution de l’Autorité palestinienne en cas d’échec du processus de paix qui semble moribond.

« L’Autorité Palestinienne, qui menaçait hier de se dissoudre, parle aujourd’hui de réunification avec le Hamas. Ils doivent décider s’ils veulent être dissous ou se réunifier avec le Hamas, et quand ils voudront la paix, qu’ils nous le fassent savoir », a déclaré M. Netanyahu tard lundi lors d’une allocution marquant la fin des festivités de la Pâque juive.

L’équipe de négociateurs palestiniens a fait savoir la semaine dernière au médiateur américain Martin Indyk que les Palestiniens pourraient décider de démanteler l’Autorité dirigée par Mahmoud Abbas afin de faire porter à Israël la responsabilité de la gestion de leur territoire en tant que puissance occupante.

Les Etats-Unis ont qualifié d' »extrême » un démantèlement de l’Autorité palestinienne, créée à la suite des accords d’Oslo en 1993, et prévenu que ce geste pourrait remettre en cause l’aide financière américaine aux Palestiniens.

« La communauté internationale aussi bien que les Palestiniens eux-mêmes ont déployé beaucoup d’efforts pour bâtir les institutions de l’Autorité et ce n’est pas dans l’intérêt des Palestiniens que d’y renoncer », a déclaré lundi la porte-parole du département d’Etat, Jen Psaki. Une dissolution de l’Autorité palestinienne aurait de « graves conséquences » sur l’avenir de l’aide financière américaine, a-t-elle prévenu.

C’est la première fois que la menace de dissoudre l’Autorité est brandie depuis la reprise des pourparlers de paix israélo-palestiniens sous l’égide du secrétaire d’Etat américain John Kerry en juillet dernier.

Les Etats-Unis tentent d’obtenir des deux parties un accord qui permettrait de prolonger les pourparlers au-delà de cette date butoir mais leurs efforts n’ont pour le moment pas abouti.

Néanmoins, une nouvelle rencontre tripartite entre les négociateurs israéliens et palestiniens, Tzipi Livni et Saeb Erekat en présence du médiateur américain Martin Indyk, est prévue mardi soir à Jérusalem, a indiqué à l’AFP une source palestinienne proche des négociations.

Dans le même temps, le processus de réconciliation inter-palestinien — entre les mouvements Fatah et Hamas — a été remis sur les rails, une délégation de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) étant attendue à Gaza mardi pour relancer les discussions.