Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu samedi en fin de soirée avec le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman pour essayer de le convaincre de former une coalition de rechange avec les partis ultra-orthodoxes et d’éviter des élections anticipées, rapporte le quotidien Yedioth Ahronoth dimanche matin.

L’article cite des sources anonymes politiques qui déclarent que le Premier ministre a également tenté de retarder les deuxième et troisième lectures du projet de loi de dissolution de la Knesset, prévues pour lundi. Netanyahu a dénié, parlant de « tour » de la gauche, et précisant que les élections auraient lieu comme prévu.

Netanyahu a rendu visite à Liberman à son domicile de Nokdim, où le chef du parti Yisrael Beitenu observait la période de deuil de sept jours traditionnelle dans le judaïsme pour le décès de sa mère la semaine dernière. Les deux politiciens auraient longuement parlé.

Le ministre des Affaires étrangères refuse depuis toujours de se joindre aux partis ultra-orthodoxes, et des sources proches de lui ont déclaré samedi que sa position reste inchangée.

« Liberman est un homme de parole, et s’il dit que c’est soit cette coalition soit des élections, alors aucune chance qu’il en soit autrement », a déclaré une source anonyme.

Le Premier ministre essayerait de reporter le vote de lundi qui mettra officiellement mis fin à la coalition actuelle, selon l’article. La commission de la Knesset chargée de préparer le projet de loi ne s’est pas encore réunie.

Un communiqué du Bureau du Premier ministre a rejeté ces allégations samedi soir.

« Il n’y a pas de limite aux tours joués par les partis de gauche, » a-t-il déclaré, laissant entendre que le rapport était fondé sur des fuites provenant de l’extérieur de la coalition et visant à nuire au Premier ministre.

« Le vote pour la dissolution de la Knesset aura lieu comme prévu lundi, et les élections pour la Knesset le 17 mars. »