Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été interrogé jeudi par les enquêteurs pendant cinq heures, pour la deuxième fois en une semaine, dans le cadre d’une enquête sur des cadeaux qu’il est soupçonné d’avoir reçus illégalement d’hommes d’affaires, a indiqué la police.

Selon un communiqué, les enquêteurs israéliens ont interrogé Netanyahu à son domicile de Jérusalem dans le cadre d’une enquête pour corruption car il aurait accepté des cadeaux de riches hommes d’affaires.

Il fait également l’objet d’une enquête dans une autre affaire de corruption, qui selon les médias hébreux, est plus grave. Les enquêteurs gardent le secret sur l’enquête et peu de détails sont révélés.

Netanyahu a également été interrogé sur l’autre dossier, a indiqué la police, ajoutant qu’une autre personne avait été interrogée ces derniers jours.

Le bureau de Netanyahu n’a pas souhaité faire de commentaires mais le Premier ministre a à plusieurs reprises nié avoir commis une erreur. Lors de l’interrogatoire de 3 heures lundi, Netanyahu a admis avoir accepté des cadeaux d’homme d’affaires mais il a également insisté sur le fait que ces cadeaux étaient légaux, a ajouté son avocat mardi.

Netanyahu se défend farouchement de tout méfait, répétant : « il n’y aura rien parce qu’il n’y a rien ». Il accuse ses adversaires ainsi qu’une partie des médias de cabale contre lui pour le faire tomber.

Plusieurs médias avaient indiqué que les enquêteurs étaient arrivés dans l’après-midi à la résidence du Premier ministre dans le centre de Jérusalem pour un deuxième interrogatoire après celui de lundi.

L’enquête porte sur des cadeaux que Netanyahu est soupçonné d’avoir reçus de la part d’hommes d’affaires, avait dit le ministère de la Justice lundi sans plus de précision. La valeur totale de ces cadeaux a été chiffrée par les médias à des dizaines de milliers de dollars.

Un reportage de la Deuxième chaîne apporte de nouveaux détails sur les soupçons qui entourent des cadeaux reçus par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Selon le reportage retransmis à la télévision, Netanyahu aurait reçu des cigares d’un montant à hauteur de centaines de milliers de shekels de la part du producteur à Hollywood Arnon Milchan.

Son épouse Sara aurait également reçu des bouteilles de champagne, cadeau dont le montant s’élèverait à des centaines de shekels, selon le reportage.

Netanyahu est connu comme étant un grand amateur de cigares. Certaines rumeurs, selon la chaîne, affirment que la consommation de cigares du Premier ministre monterait à des dizaines de milliers de shekels par mois.

L’identité du deuxième homme d’affaires n’est pas connue.

Près de 50 personnes auraient témoigné à ce jour dans cette enquête.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) avec Avichai Mandelblit, alors secrétaire du cabinet, pendant une réunion du cabinet à Jérusalem, le 20 décembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) avec Avichai Mandelblit, alors secrétaire du cabinet, pendant une réunion du cabinet à Jérusalem, le 20 décembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le procureur général Avichai Mandelblit, qui dirige l’enquête contre Netanyahu, a précisé que le Premier ministre est suspecté d’avoir « reçu des avantages indus d’hommes d’affaires ». Il n’a pas donné plus de détails.

L’enquête a lancé un débat féroce dans les milieux politiques israéliens, avec les alliés de Netanyahu accusant les politiciens de l’opposition et certains dans les médias de faire pression injustement sur le procureur général.

Yaakov Weinroth, l'avocat du Premier ministre Benjamin Netanyahu, sur la Deuxième chaîne, le 26 novembre 2016. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)

Yaakov Weinroth, l’avocat du Premier ministre Benjamin Netanyahu, sur la Deuxième chaîne, le 26 novembre 2016. (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

L’avocat du Premier ministre, Yaakov Weinroth, a déclaré mardi à la Deuxième chaîne que les deux hommes d’affaires en question étaient de vieux amis du Premier ministre, et que les cadeaux étaient « la plus petite des bagatelles ».

Weinroth a allégué que des rivaux anonymes du Premier ministre présentaient de fausses plaintes contre lui, en citant comme preuve la clôture de quatre autres enquêtes sur les prétendues irrégularités financières dans les comptes du Premier ministre.

Des sources proches de Netanyahu déclarent que ces cigares entrent dans le contexte de cadeaux faits entre amis. Elles soulignent également que Milchan – dont les films incluent « Fight Club » et « Pretty Woman » – qui est Israélien, siège au comité directoire de la Dixième chaîne, que le Premier ministre a tenté de faire fermer.

La Dixième chaîne appartient également en partie à Ronald Lauder, lui aussi soupçonné d’avoir fait don de cadeaux de grande valeur à Netanyahu. Lauder est un milliardaire américain qui préside le Congrès juif mondial. Il a été interrogé par la police. Lauder, dont la famille a fondé le géant américain des cosmétiques Estee Lauder, est considéré depuis longtemps comme un allié de Netanyahu.

Opponents claim US billionaire Ronald Lauder attempted to inappropriately influence the outcome of elections held by European Jewish organizations. (Miriam Alster/Flash90)

Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Netanyahu a également reconnu avoir reçu de l’argent du magnat français Arnaud Mimran, qui a été condamné à huit ans de prison en France pour une escroquerie dont celui de la taxe carbone.

Le bureau du Premier ministre a déclaré que Netanyahu a reçu 40 000 dollars de contributions de Mimran en 2001, alors qu’il n’était pas en poste, dans le cadre de financement pour des activités publiques, y compris pour des apparitions à l’étranger pour promouvoir Israël.

Ces investigations ont soulevé des interrogations sur la possibilité que Netanyahu, sans rival apparent sur la scène politique, puisse être inculpé et poussé à la démission.

Netanyahu, 67 ans, est à la tête du gouvernement depuis 2009, après un premier mandat entre 1996 et 1999. Il a dépassé les dix ans de pouvoir au total et pourrait battre le record de longévité de l’historique David Ben Gurion, fondateur de l’Etat d’Israël, si l’actuelle législature allait à son terme en novembre 2019.

Netanyahu a été soupçonné à plusieurs reprises par le passé, sans être inquiété.

La justice israélienne peut avoir la main lourde contre les plus hauts dirigeants. Le prédécesseur de Netanyahu, Ehud Olmert, est devenu en février 2016 le premier ancien chef de gouvernement incarcéré. Il purge une peine de 19 mois pour avoir touché des pots de vin. Les soupçons de corruption pesant contre lui l’avaient contraint à renoncer à se présenter aux primaires de son parti Kadima et à quitter la tête du gouvernement, ouvrant la voie à Benjamin Netanyahu.

Quand un Premier ministre est inculpé, il n’est tenu de démissionner qu’une fois épuisés tous les recours contre son inculpation, a indiqué à l’AFP l’expert Ofer Kenig, de l’Israel Democracy Institute.

La loi permet cependant au Parlement d’engager une procédure spéciale contre le Premier ministre après l’inculpation et avant l’épuisement des recours si le chef du gouvernement est mis en cause pour turpitude morale, a-t-il dit.

L‘AFP et l’équipe du Times of Israel ont contribué à cet article.