L’option d’un gouvernement de droite en Israël s’est précisée vendredi après les rencontres du Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu, chargé de former une coalition d’ici moins de trois semaines, avec les leaders de la droite nationaliste et religieuse.

Netanyahu a discuté séparément avec Naftali Bennett, à la tête du parti nationaliste religieux pro-colonisation Foyer juif, et avec son ministre des Affaires étrangères sortant, l’ultra-nationaliste Avidgor Lieberman.

Citant des sources politiques, la radio publique a fait état de « progrès » dans les discussions.

Selon les commentateurs, une coalition de 67 députés (sur les 120 que compte le Parlement) de droite devrait probablement être formée d’ici la fin du mois d’avril, l’option d’un gouvernement d’union nationale avec le parti travailliste étant de plus en plus improbable.

Les discussions avec Bennett ont été qualifiées de « bonnes et productives », selon les sources politiques citées par la radio publique.

De mêmes sources, Liberman a quant à lui assuré, après sa rencontre avec M. Netanyahu, que l’attribution, très disputée, des portefeuilles ministériels ne serait pas un obstacle à l’entrée de son parti, Israël Beiteinou, dans une coalition dirigée par Benjamin Netanyahu.

Liberman ne cache pas son ambition de rester chef de la diplomatie israélienne, un poste convoité, entre autres, par M. Bennett.

Netanyahu, chef du parti Likoud qui a triomphé aux élections parlementaires du 17 mars, cherche à constituer une coalition annoncée très à droite mais la presse israélienne a fait état de pourparlers secrets avec le parti travailliste (gauche) d’Isaac Herzog. Une rencontre que les deux formations se sont empressées de démentir.

Netanyahu doit former un gouvernement avant le 22 avril. S’il n’y parvient pas, il pourra demander deux semaines de délai supplémentaire pour poursuivre les négociations.