Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a quitté Israël samedi soir pour participer à un sommet des pays d’Afrique de l’Ouest à Monrovia, la capitale du Liberia. Il a indiqué qu’il utiliserait ce voyage pour tenter de rassembler des soutiens pour Israël aux Nations unies et sur la scène internationale.

« L’objet de ce voyage est de dissoudre cette majorité, ce bloc géant de 54 pays africains qui est la base de la majorité automatique contre Israël aux Nations unies et dans les institutions internationales », a déclaré le Premier ministre à des journalistes avant son vol.

Netanyahu a dit espérer utiliser sa présence à la conférence annuelle de la Communauté économique des états d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour poursuivre sa visite de juillet 2016 en Afrique de l’Est.

Il était allé en Ouganda, au Kenya, au Rwanda et en Ethiopie. C’était le premier voyage d’un Premier ministre israélien en exercice en Afrique depuis des décennies.

« Israël est revenu en force en Afrique », a dit le Premier ministre samedi, répétant un message entendu pendant tout son voyage de l’été dernier sur le continent.

Netanyahu a souligné que ce serait la première fois qu’un dirigeant non israélien s’adresserait à la CEDEAO, une organisation qui compte 15 pays représentant 320 millions d’habitants, ce qu’il a appelé un « insigne d’honneur pour l’Etat d’Israël. »

Netanyahu assistera également au sommet Afrique-Israël en octobre au Togo, où il devrait rencontrer les dirigeants de 25 pays africains pour discuter de coopération dans les domaines de la high-tech, de la sécurité et du développement.

Le roi du Maroc, Mohamed VI, a refusé de s’y rendre en raison de la présence du Premier ministre israélien, notant que plusieurs pays avaient réduit leur présence.