Après avoir essuyé des critiques pour violation des règles de la campagne en utilisant les enfants dans une publicité politique, Benjamin Netanyahu, a diffusé une nouvelle vidéo de la campagne le samedi.

Toujours sur le thème des « enfants » – et assimilant ses rivaux politiques à des baby-sitters non qualifiés – le Premier ministre s’est assuré cette fois qu’il n’y ait pas de mineurs à l’écran.

Le clip commence avec le Premier ministre se présentant à la porte de parents, sur le point de sortir, en attente d’une baby-sitter.

« Vous avez demandé un baby-sitter, vous avez un Bibi-sitter, » dit Netanyahu, utilisant son surnom.

« Où sont les enfants ? », demande-t-il en cherchant dans la pièce, dans une référence possible à la controverse qui avait animé le clip de sa campagne précédente.

Le jeune couple, choqué par la présence de Netanyahu, demande au Premier ministre pourquoi il veillerait sur leurs enfants.

« C’est soit moi, soit Tzipi et Bugie », répond Netanyahu, utilisant les surnoms de ses rivaux du Camp sioniste, Tzipi Livni et Isaac Herzog. Les parents, effrayés refusent immédiatement, disant que les deux sont indignes de confiance.

Herzog, rient-ils, doit s’occuper de lui-même. Et Livni ? « D’ici à votre retour, elle ira probablement chez les voisins », plaisante Netanyahu, une référence à Livni ayant changé quatre fois de partis politiques au cours des dernières années.

Dans une autodérision, le Premier ministre regarde la campagne précédente, interdite, tandis que les parents rentrent de leur soirée. « Shalom ! » disent-ils joyeusement – mot hébreu pour « bonjour » ainsi que « paix ».

« Pas à n’importe quel prix », précise Netanyahu.

Les deux candidats du Camp sioniste, qui courent dans la liste conjointe Travailliste-Hatnua, sont actuellement engagés dans une course serrée avec le Likud de Netanyahu, qui, selon les sondages les plus récents, mène actuellement la coalition de centre-gauche d’un siège.

Le clip précédent, qui dépeint Netanyahu comme un adulte responsable dans une classe de maternelle pleine d’enfants turbulents, portant les noms des dirigeants de divers partis politiques, a été interdite par le Comité central électoral.

La vidéo a reçu un veto pour violation des règles de campagne interdisant les partis d’utiliser des enfants de moins de 15 ans dans des publicités.

Le juge Salim Jubran, qui préside le comité, a émis l’interdiction, après une requête conjointe de Yesh Atid et du Mouvement pour la qualité de gouvernement en Israël, faisant suite à des plaintes antérieures du président de La Paix maintenant, Yariv Oppenheimer, et du PDG du Conseil national israélien pour l’enfant, Dr Yitzhak Kadman.

Jubran a jeté le doute sur l’explication du siège du parti Likud, alléguant que l’annonce n’était pas encore autorisée à la diffusion.

Malheureusement, en raison d’une erreur technique, la vidéo a été mise en ligne, même si elle n’a pas été approuvée pour publication ou diffusion par le comité des relations publiques du parti du Likud », a déclaré le Likud dans un communiqué.

Jubran affirme avoir trouvé l’explication étrange et a ordonné au Likud et à Netanyahu à payer 5 000 shekels aux plaignants pour couvrir le coût du dépôt de leurs requêtes.

« J’ai du mal à comprendre pourquoi de l’argent a été investi dans [le tournage] de la publicité et pourquoi le Premier ministre a été appelé à y figurer si elle ne était pas destinée à la diffusion, » a écrit Jubran dans sa décision.

Le juge a noté que le Likud et Netanyahu ont déjà récolté un «gain politique important de la vidéo», les principales chaînes de télévision, stations de radio et sites web ayant diffusé le clip.

Il a exhorté le Likud à enterrer la vidéo et de déposer une demande de retrait auprès de YouTube. Le parti au pouvoir a déclaré en réponse qu’il respectait cette décision. La vidéo, cependant, est toujours hébergée par un tiers.

Ilan Ben Zion a contribué à cet article.