Benjamin Netanyahu a commencé par remercier la foule venue « de tous les coins du pays » pour soutenir la droite aux élections de mardi.

Netanyahu a salué « l’esprit juif, l’esprit sioniste, notre esprit ».

Il a indiqué être venu ici, « comme le Premier ministre de la nation toute entière, de ceux qui ne sont pas d’accord avec moi, et de ceux qui le sont, et il y en a beaucoup, beaucoup ».

Netanyahu a souligné qu’il respectait tous les citoyens et qu’il assurerait la sécurité de tous.

Il a demandé à chacun de préserver le débat politique civil, « sans incitation, sans violence, sans provocations ».

Netanyahu a critiqué des propos tenus au rassemblement de la gauche de la semaine dernière, au cours desquels les « kissers amulette » – et plus tard les « mezouza-kissers » [ceux qui embrassent la mezouza] – ont été tournés en dérision.

« Je veux savoir quel est le problème d’embrasser une mezouza ? Depuis quand est-ce un péché ? Oui, nous préservons les traditions. »

Netanyahu a précisé qu’il comptait garder Jérusalem unie, ce qui « n’est pas la promesse de la gauche » et s’est engagé à augmenter la construction dans les quartiers juifs de Jérusalem, chose condamnée par Tzipi Livni dans les .

« Et je demande, si les Juifs ne peuvent pas construire à Jérusalem, où peuvent-ils construire ? »

Il a cité Herzog affirmant que Jérusalem servira la capitale pour les Juifs et les Palestiniens.

« Maintenant, ils essaient de le cacher. Mais c’est leur véritable position. »

Netanyahu a promis que, face aux « plus fortes pressions, nous présentons la vérité du peuple juif », avant de rappeler son discours au Congrès américain.

Netanyahu a qualifié l’élection de « fatidique » et a appelé sur le podium Naftali Bennett, son « partenaire principal ».

« Lors de ces élections, quelque chose qui était dissimulé au début, se révèle maintenant, je suis sûr que vous êtes tous au courant », a-t-il dit, en attaquant le financement étranger de V15.

Benjamin Netanyahu  (Crédit : Jack Guez/AFP)

Benjamin Netanyahu (Crédit : Jack Guez/AFP)

Bien qu’une majorité de la population souhaiterait le voir Premier ministre, il a indiqué, à propos de l’écart prédit entre l’Union sioniste et le Likud : « nous devons combler l’écart, nous pouvons combler ce fossé. »

Le Premier ministre a promis qu’il n’y aura pas de concessions territoriales avant d’énumérer les réalisations de ses gouvernements, « les choses qui n’avaient pas été faites depuis la création de l’État ».

Au milieu de sa liste des réalisations du gouvernement – du logement aux politiques économiques – il a répété : « Pour la gauche, si vous n’avez pas évacué, vous n’avez rien fait. »

« Voici la vérité : nous n’avons pas à évacuer, et nous n’allons pas évacuer. Mais nous avons fait des choses, et nous en avons fait beaucoup. »

Netanyahu a invité Kahlon à se joindre à lui comme ministre des Finances dans le prochain gouvernement, quelques heures après que l’ex-ministre du Likud a refusé son offre.

Enfin, Netanyahu a de nouveau abordé le V15 et la nation, lancant que « eux, ont le V15, et nous la nation ».

« L’argent ne déterminera pas [l’élection], ce sera le cœur », a-t-il ajouté.

Il a terminé son discours par un passage d’Isaïe : « Ensemble, nous allons remporter la victoire ».

La Dixième chaîne a rapporté qu’il y avait quelque 20 000 personnes présentes au rassemblement de Tel-Aviv. Les organisateurs soutiennent que les chiffres tournent autour de 40 000.

Les organisateurs ont informé que près de 700 bus s’étaient rendus à l’événement.